Faire un don

Festival Cinéma et Droits de l'Homme 2018

Festival Cinéma et Droits de l'Homme 2018

Du 13 au 25 janvier 2018, le Festival Cinéma et Droits de l’Homme prend le relais après dix éditions régionales du Festival International du Film des Droits de l’Homme (FIFDH) à Toulouse et en région. Onze documentaires et vingt-et-une projections dans quatorze salles de cinéma pour découvrir, s’informer et échanger avec des spécialistes des sujets présentés.
Films - Débats - Rencontres
13/01/2018 - 18:00
Festival

Huit organisations (Amnesty International, CCFD Terre-Solidaire, Ligue des Droits de l’Homme, École des Droits de l’Homme, les Amis du Monde Diplomatique, Médecins Sans Frontières, Médecins du Monde et l’ACAT), soutenues par de nombreux partenaires, proposent au public de l’agglomération toulousaine, de Tarbes, de Saint Girons, de l’Isle Jourdain, de Graulhet et de Lavelanet de visionner des films issus d’une sélection faite par ces différentes associations et de voir deux expositions, l’une sur la Palestine et l’autre sur des enfants soldats.  

Cette nouvelle sélection donnera l’occasion de revenir sur des événements qui ont fait l’actualité de ces dernières années : les violences faites aux femmes, la tentative de reconstruction des enfants soldats en Ouganda, le non droit des patients en psychiatrie, la recherche de la paix en Palestine, les lobbies industriels aux effets néfastes en Argentine, au Brésil et en France, l’avenir du nucléaire militaire, la persécution des Rohingyas en Birmanie et toujours la situation des migrants, leur intégration parfois chaotique mais au final positive.  

Complétés par le témoignage de spécialistes, ces documentaires de grande qualité sont une invitation à s’informer sur l’état des droits humains à travers le monde, la diversité des luttes et des enjeux, le chemin qu’il reste à parcourir pour la construction d’un monde plus juste. 

 

Télécharger le programme

 

Présentation des films

Bienvenus !

(90 min) – Norvège – Thème : Migration
Réalisateur : Rune Denstad Langlo

Primus, propriétaire d’un hôtel en faillite dans les montagnes norvégiennes, décide de le transformer en centre d’accueil des refugiés pour profiter de subventions bien opportunes. Mais accueillir 50 personnes d’origine diverses, ça promet bien des déconvenues mais aussi, des heureuses surprises.

 
La Belle et la meute

(100 min) – Tunisie – Thème : Droits des Femmes
Réalisateur : Kaouther Ben Hania

Lors d’une fête étudiante, Mariam, jeune Tunisienne, croise le regard de Youssef. Quelques heures plus tard, Mariam erre dans la rue en état de choc. Commence pour elle une longue nuit durant laquelle elle va devoir lutter pour le respect de ses droits et de sa dignité alors que la justice se trouve du côté des bourreaux.

 
Par profits et pertes, de l’Amazonie au Lot-et-Garonne

(52 min) – France / Brésil – Thème : Résistances aux lobbies industriels
Réalisateurs : Patrick et Pascal Aubry

Le film met en parralèle les conséquences de la construction de la centrale hydro-électrique de Belo Monte sur le Rio Xingu en Amazonie brésilienne et celles de la présence d’une usine d’enrobé bitumineux au bord d’une rivière en Lot-et-Garonne.

Voir la bande annonce

 

Histoires de la plaine

(72 min) – France / Argentine - Thème : Pollution & Contamination
Réalisatrice : Christine Seghezzi

Dans la pampa argentine, les terres autour de Colonia Hansen sont parmi les plus fertiles au monde. Pendant longtemps, des millions de vaches y vivaient en plein air. Aujourd’hui d’immenses champs de soja transgénique ont pris la place des cheptels et couvrent la plaine jusqu’à l’horizon...

 
12 jours

(72 min) – France – Thème : Droits des patients en psychiatrie
Réalisateur : Raymond Depardon

Avant 12 jours, les personnes hospitalisées en psychiatrie sans leur consentement sont présentées en audience, d’un côté un juge, de l’autre un patient, entre eux naît un dialogue sur le sens du mot liberté et de la vie.

 
La Bombe et nous

(70 min) – France - Thème : Arme nucléaire
Réalisateur : Xavier-Marie Bonnot

Sommes-nous pris au piège de l’arme nucléaire ? Peut-on vivre sans elle ? Ces questions alimentent les peurs les plus terribles et les discours les plus dangereux.

 
Le Vénérable W.

(100 min) – Birmanie – Thème : Discrimination Rohingyas
Réalisateur : Barbet Schroeder

Le réalisateur présente Le Vénérable W., troisième volet de sa « trilogie du mal », après Général Idi Amin Dada et L’Avocat de la terreur. Il donne la parole au moine intégriste, Ashin Wirathu et à ses détracteurs. Il revient sur son ascension politique et sur les émeutes interreligieuses en Birmanie.

 
Les Insoumises

(105 min) – Monde – Thème : Droits des Femmes
Réalisateur : Eric Guéret

Au nom de la tradition, des milliers de femmes sont chaque jour cachées, échangées, mutilées, dominées, privées de leurs droits ou violentées. Certaines ont décidé de se rebeller et d’agir pour renverser cette tendance tragique. Ces femmes racontent leurs combat.

 
Falsos positivos

(55 min) – Colombie – Thème : Crime d’Etat
Réalisateurs : Simone Bruno & Dado Carillo

En 2008, un scandale éclate en Colombie au sujet d’assassinats extrajudiciaires perpétrés à l’encontre de membres de la guérilla. Ce documentaire retrace le voyage de deux familles qui luttent pour retrouver les corps de leurs proches

 
A l’ouest du Jourdain

(84 min) – Palestine – Thème : Résistances / Recherche de la paix
Réalisateur : Amos Gitaï

Amos Gitaï se rend à nouveau en Cisjordanie, 35 ans après Field Diary. Une série de rencontres avec des organisations qui défendent les droits de l’Homme montre une suite d’actes de résistance fragiles. Le film est une recherche du chemin de paix et de lumière au milieu d’une période sombre.

 
Wrong elements

(133 min) – Ouganda – Thème : Enfants soldats
Réalisateur : Jonathan Littell

En Ouganda en 1989, un insurgé acholi, Joseph Kony, forme un mouvement rebelle qu’il nourrit en raptant des adolescents dont la moitié restera en vie. Un groupe d’amis enlevés à 12 ou 13 ans tente de retrouver une vie normale. Victimes et bourreaux, ils restent les « Wrong elements ». J. Kony court toujours.