Faire un don
90 €Prix journalier moyen de mise à l'abri d'un mineur non accompagné.
160 €Prise en charge de 40 enfants souffrant de malnutrition aigüe
200 €2 consultations pour prendre en charge des femmes victimes de violences en Ouganda
OKautre montant pour votre don
soit 0 € après réduction fiscale

L'exode des Rohingyas

En Birmanie, les Rohingyas sont la cible de nombreuses exactions depuis des décennies. © Arnaud Finistre

L'exode des Rohingyas

Les discriminations envers la minorité rohingyas dans l’État du Rakhine, une région pauvre à l’ouest de la Birmanie, ont pris des proportions dramatiques. Privés de citoyenneté, d’accès aux services publics et de liberté, rejetés et stigmatisés, les Rohingyas sont la cible de nombreuses exactions depuis des décennies. L’ONUinfo-icon parle aujourd'hui d’épuration ethnique. Les survivants – ils sont près de 700 000 à avoir gagné le Bangladesh depuis le mois d'août 2017, mineurs pour plus de la moitié d’entre eux – racontent l’extrême violence. La torture, les viols, les meurtres, l’incendie des villages.

Dans le district de Cox’s Bazar, à l’extrême sud du Bangladesh, des milliers de personnes viennent chaque jour grossir la foule des réfugiés qui s’entassent dans des camps de fortune. Épuisés par la marche, profondément traumatisés et démunis, ils doivent encore affronter des conditions de vie extrêmement précaires, le manque d’abris, d’infrastructures sanitaires, de nourriture, d’eau, de soins, la promiscuité et le risque de contracter des maladies contagieuses.


Afin de répondre à cette urgence humanitaire et d’améliorer l’accès aux soins des réfugiés, Médecins du Monde soutient son partenaire local, Gonoshasthaya Kendra (GK). Des cliniques mobiles sont mises en place dans les camps de Cox’s Bazar afin de proposer des soins de santé primaire et un soutien psychosocial, notamment pour les victimes de violences liées au genre.

L'exode

Près de 700 000 Rohingyas ont fui le Rakhine depuis le mois d'août 2017.

©Arnaud Finistre
©Arnaud Finistre

Parmi eux, beaucoup de femmes et de très jeunes enfants qui doivent se cacher et marcher des jours entiers.

©Arnaud Finistre
©Arnaud Finistre

des conditions de vie déplorables

Les conditions sanitaires dans les camps qui s’agrègent les uns aux autres sont extrêmement critiques.

©Arnaud Finistre
©Arnaud Finistre

L’absence d’eau potable et les déchets qui s’accumulent font craindre la propagation d’épidémies.

©Arnaud Finistre
©Arnaud Finistre

Le risque de Malnutrition

Le dépistage de la malnutrition chez les enfants de 6 mois à 5 ans est effectué en continu dans les cliniques mobiles soutenues par Médecins du Monde.

©Arnaud Finistre
©Arnaud Finistre

Les Blessures invisibles

« Les personnes que nous rencontrons présentent de sévères troubles psychologiques. Elles ont été violées, blessées par balle. Certaines ont vu leurs proches jetés vivants dans le feu. » - Sajjad, psychologue

©Arnaud Finistre
©Arnaud Finistre

©Arnaud Finistre
©Arnaud Finistre

©Arnaud Finistre
©Arnaud Finistre

Un accès à l'aide humanitaire Difficile

L’absence de routes et l’évolution constante de la géographie des camps de réfugiés complique considérablement l’acheminement de l’aide humanitaire.

©Arnaud Finistre
©Arnaud Finistre

©Arnaud Finistre
©Arnaud Finistre

 

Médecins du Monde milite aux côtés d’autres organismes internationaux pour que les gouvernement Birman et Bangladeshi s’accordent et mettent en place des conditions favorables au retour des Rohingyas en Birmanie. Notre souhait est que ces retours se fassent de façon volontaire, en toute sécurité, en toute dignité et dans le respects des standards internationaux.

 

 

 

Texte
Thomas Flamerion
Photos
Arnaud Finistre
Nous soutenir
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.