Irak

1,5 million

de déplacés internes en Irak

4,7 millions

de personnes en Irak ont besoin d’aide humanitaire

2,4 millions

de personnes en Irak n’ont pas accès aux soins ni aux services de santé

Face aux urgences, Médecins du monde mène divers programmes d'aide humanitaire en Irak. Découvrez nos actions et missions.

Les conséquences d’un conflit armé

L’Irak est marqué par plusieurs années de conflit. Bien qu’il sorte lentement de l’état de crise, le pays reste dans un contexte très fragile, confronté à de multiples défis politiques, économiques, sociaux et sécuritaires.

« Des événements dramatiques qui ont forcé des millions de personnes à se déplacer. »

Depuis le début du conflit en 2014 avec l’Etat Islamique, l’Irak a été le théâtre d’événements dramatiques qui ont forcé des millions de personnes à se déplacer à l’intérieur du pays. La majorité d’entre eux se sont réfugiés au Kurdistan et dans les régions avoisinantes. En 2017, des opérations militaires ont réussi à libérer la ville de Mossoul, au nord du pays.

La mission humanitaire en Irak est donc de grande ampleur, et inclut des aides médicales et des actions humanitaires en faveur des populations les plus fragiles.

La situation des réfugiés s’aggrave

Au plus fort du conflit avec l’Etat Islamique, l’Irak comptait près de 6 millions de civils déplacés. Aujourd’hui, près d’1,3 million de personnes sont toujours loin de leur région d’origine dont 70% depuis plus de 5 ans. Les raisons entravant le retour de ces populations sont multiples : traumatismes liés aux exactions de l’Etat Islamique, tensions communautaires, inquiétudes vis-à-vis des débris de guerre, logements endommagés ou détruits. Le manque de services disponibles, notamment en matière de soins de santé et d’éducation, ainsi que le manque de moyens de subsistance constituent également des raisons de non retour. Un constat particulièrement avéré pour la population yézidie au Sinjar, Ninewa pour qui une aide humanitaire ciblée est déployée.

En octobre 2020, le gouvernement a accéléré le processus de fermeture des camps de personnes déplacées. En janvier 2021, on estime que plus de 45 000 personnes ont dû quitter 14 camps en Irak fédéral, venant s’ajouter au million de personnes déplacées vivant hors camp. Sans solution de relogement durable, la plupart ont trouvé des solutions d’urgence et 30 % d’entre elles se trouvent maintenant en situation de déplacement secondaire.

Si le nombre global de personnes en besoin d’assistance humanitaire reste comparable à celui de 2019, le nombre de personnes ayant des besoins aigus a augmenté de 38 % en 2020, en particulier en dehors des camps et dans les lieux de retour. Cette augmentation est en partie due à la crise du COVID-19.

Fuir la guerre en Irak

Une aide médicale nécessaire en Irak

Les infrastructures et le personnel de santé font défaut dans les zones les plus impactées par le conflit (provinces de Ninive, Anbar, Salah Al Din et Kirkouk principalement) et les dommages causés par les violences constituent une barrière majeure à l’accès aux soins des plus vulnérables. Mais ces victimes directes ne sont pas les seules à être impactées par les conflits. La situation en Irak cause également de nombreuses victimes indirectes parmi lesquelles les déplacés à l’intérieur du pays, les populations des régions d’accueil et les réfugiés venus de Syrie.

Une aide médicale en Irak de grande ampleur doit être déployée afin de prêter main-forte au personnel soignant ainsi qu’aux victimes directes comme indirectes.

Des urgences sanitaires multiples

L’accès aux soins de santé est compromis par la situation sécuritaire instable dans de nombreuses régions. Lorsqu’ils sont disponibles, les centres de santé sont surpeuplés ou épuisés par manque de ressources (personnel de santé, fournitures médicales, etc.). Des quartiers entiers n’ont pas encore été reconstruits, les services essentiels sont insuffisants dans certaines régions, et cela contribue à de graves problèmes de santé publique et à la propagation de maladies. Cette situation sanitaire, déjà fragile, est gravement compromise par les changements soudains liés au contexte humanitaire mondial découlant du COVID-19, dans un pays où le système de santé n’a pas la capacité de faire face.

Les principaux besoins en matière de santé comprennent la prévention des maladies transmissibles, les soins de santé sexuelle et reproductive, les soins aux personnes âgées souffrant de maladies chroniques, les besoins en matière de santé mentale, la prévention et la réponse à la violence basée sur le genre. Beaucoup de choses restent donc à construire, mais l’espoir est là.

© Olivier Papegnies

NOS ACTIONS HUMANITAIRES EN IRAK

En réponse à l’urgence humanitaire en Irak et aux dangers multiples subis par les populations locales, MdM a mis en place un plan d’action composé de plusieurs points sous-jacents.

Faire face aux drames des réfugiées

  • Soigner les victimes des crises et conflits

    Médecins du Monde intervient dans la région de Dohuk, au Kurdistan irakien, dans le centre de santé du camp de Chamesku, le plus gros camp de déplacés de la région, en apportant une réponse humanitaire durable aux besoins de santé de près de 27 000 habitants

    Dans les gouvernorats de Ninive et de Kirkouk, Médecins du Monde soutient les acteurs de santé locaux au sein des centres de santé en fournissant gratuitement les médicaments essentiels et du matériel médical, un soutien logistique et de rénovation des infrastructures, ainsi que du renforcement des capacités du personnel de santé local.

  • Une action humanitaire, sanitaire et sociale

    En Irak, Médecins du Monde fournit également des services de santé mentale et de soutien psychosocial (séances individuelles et activités de groupe), et réfère les cas graves à des services spécialisés. En 2020, MdM se prépare à répondre aux besoins dus aux Violences Liées au Genre (VLG), exacerbés par la pandémie et les restrictions imposées.

    Dans le cadre de notre aide humanitaire en Irak, il est nécessaire de prévoir l’accompagnement des plus vulnérables, dans leur accès à des soins et à des services de santé de qualité (santé primaire, santé sexuelle et reproductive et santé mentale). Cela représente un enjeu crucial pour les perspectives de réinstallation de ces populations lourdement affectées par le conflit irakien.

  • Encourager la restauration du système de santé publique

    Depuis 1990, nos actions humanitaires en Irak visent à améliorer l’accès à des services de santé de qualité pour toutes les personnes touchées par le conflit, pour les déplacées comme pour les communautés d’accueil.
    En 2018, Médecins du Monde a réorienté son action vers un soutien plus durable aux acteurs locaux de santé et aux autorités sanitaires irakiennes.

    Une transition accrue par la crise du COVID-19 qui nous a encouragés à appuyer davantage les structures sanitaires existantes, y compris les centres de santé primaire.

    Dans le cadre de cette évolution, notre association appuie également l’intégration de services de santé mentale et de soutien psychosocial, ainsi que des services liés aux violences basées sur le genre au sein des centres de santé primaire. Pour assurer la pérennité de nos actions, notre mission humanitaire en Irak est menée en concertation avec les populations locales. Le système de santé publique est extrêmement fragile. L’offre de services de soins est insuffisante.

Historique
  • Circle svg
    1990

    Seconde guerre du Golfe.

  • Circle svg
    1991
    Missions chirurgicales, traitement des enfants malades, formation des soignants.
  • Circle svg
    2000
    Création d’unités de soins post-opératoires pédiatriques dans 4 hôpitaux de Bagdad, Bassorah et Mossoul.
  • Circle svg
    2003
    Soutien d’urgence aux structures de santé pendant la guerre.
  • Circle svg
    2004
    Médecins du Monde quitte le pays pour des raisons de sécurité.
  • Circle svg
    2006
    Programmes d’amélioration de la prise en charge des soins d’urgence.
  • Action
  • 50-ans-d-aide-humanitaire
  • gac-logo
  • b37f8a5a-abe7-45fc-9e7a-b6140cdf31da