République centrafricaine

© Sébastien Duijndam

3,1 millions

de personnes ont besoin d’assistance humanitaire.

691 791  

personnes déplacées.

396  

incidents sécuritaires ayant touchés des travailleurs humanitaires en 2021.

Face aux urgences, Médecins du Monde mène divers programmes d'aide humanitaire. Découvrez nos actions et missions en République Centrafricaine ci-dessous.

LA SITUATION HUMANITAIRE EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

La République Centrafricaine (RCA) est frappée par de nombreux conflits armés qui génèrent une grave crise humanitaire ainsi qu’une augmentation constante des violations des droits humains et du droit international humanitaire. Face au danger planant sur les populations civiles, une intervention en République centrafricaine s’impose.

  • Les civils pris au piège des conflits armés

    En République centrafricaine (RCA), la population continue d’être durement affectée par les affrontements qui se déroulent entre groupes armés, que ce soit à Bangui, la capitale, ou en province.

     

    Malgré la diminution importante des affrontements, la signature de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation (APPR) en février 2019 n’a pas tenu toutes ses promesses. Les violences ont perduré, entraînant pertes humaines, souffrances et déplacements de populations.

     

    Un Centrafricain sur quatre est déplacé soit à l’intérieur du pays soit dans un pays voisin, et les vagues de retour de personnes déplacées et rapatriées ont considérablement ralenti. Jamais la RCA n’avait compté autant de personnes en situation de détresse humanitaire.

     

    Cette augmentation est la conséquence directe de l’effondrement de la situation économique du pays, l’avènement de nouvelles zones de conflits violents, la montée de l’insécurité alimentaire et la pandémie de COVID-19.

  • Un système de santé en péril

    Les infrastructures sanitaires sont les cibles des attaques des groupes armés quand elles ne sont pas abandonnées à cause de la fuite des populations et du personnel médical.

     

    L’offre de santé ne permet pas de répondre aux besoins causés par l’augmentation du nombre de blessés, de personnes souffrant de troubles mentaux ou de survivants de viols, de l’incidence de maladies transmissibles et des risques épidémiques.

  • Une situation nutritionnelle alarmante

    La situation nutritionnelle du pays est également alarmante. Food Security Phase Classification) d’octobre 2021 rapporte que 2,05 millions de personnes, soit 42% de la population analysée fait face à une insécurité alimentaire aiguë élevée, dont 619 565 personnes en urgence.

     

    D’après ces estimations, plus de 60 000 enfants de moins de 5 ans nécessitent une prise en charge urgente. La volatilité du contexte sécuritaire cause la fermeture des marchés et impacte fortement les ressources et moyens de subsistance des populations, en particulier rurales et celles localisées sur les axes les plus touchés.

  • Un contexte politique trouble

    En dépit des progrès apparents, la République centrafricaine n’est jamais vraiment passée de la crise à la reconstruction et à la réconciliation.

     

    Le gouvernement a toujours peiné à étendre son fief au-delà de Bangui, sans jamais toucher de façon significative les populations en dehors de la capitale.

     

    Les projets de développement, souvent entravés par des problèmes de sécurité, n’ont pas fourni suffisamment d’emploi aux jeunes.

     

    Le 17 décembre 2020, le processus électoral présidentiel et législatif a donné lieu à la création de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC). Une coalition rebelle composé de 6 groupes armés anciennement ennemis.

     

    L’objectif de cette union était de rendre illégitime, voire d’empêcher, les élections présidentielles. Si le premier tour n’a pas été annulé, une partie de la population n’a toutefois pas été en mesure de voter.

     

    Ce nouveau contexte a provoqué une augmentation des troubles sécuritaires, et dégradé davantage la situation dans le pays.

  • Les aléas climatiques de plus en plus fréquents

    Victime du changement climatique, la RCA connaît des catastrophes naturelles récurrentes et enregistre 30 000 personnes sinistrées au 26 septembre 2021.

     

    Les aléas climatiques de plus en plus fréquents comme les incendies, les inondations ou le faible niveau de pluie viennent fortement perturber les moyens de subsistance des populations centrafricaines. Classée avant dernière sur l’indice ND-Gain, la RCA a une faible capacité à y faire face, alors que les tendances futures devraient intensifier ces phénomènes climatiques. Les personnes sinistrées par les catastrophes naturelles sont vulnérables aux maladies et aux épidémies causées par l’ingestion ou le contact avec une eau insalubre.

     

    Plus généralement, des épidémies sévissent régulièrement sur le territoire centrafricain et la faiblesse des services de base ne permet pas d’y répondre rapidement.

  • Une augmentation des violences liées au genre

    La violence liée au genre (VLG) est un fléau : un incident signalé toutes les heures par le système d’alerte, qui ne couvre que 42 % du pays.

     

    Les acteurs humanitaires ont enregistré une augmentation du nombre de cas de violences à l’égard des filles, et des femmes à la suite des restrictions imposées par la COVID-19.

     

    Il est estimé que 1,2 million de personnes seront victimes de VLG en 2022. Les femmes et les filles sont extremement touchées (elles représentent 95 % des survivants de VLG en RCA), et les personnes mineures représentent 21 % des cas de VLG.

© Sebastien Duijndam

NOTRE ACTION HUMANITAIRE EN République centrafricaine

Face aux urgences sanitaires, sociales ou politiques, Médecins du Monde œuvre à la mise en place d’une mission humanitaire en République centrafricaine.

Nos équipes ont notamment permis de fournir une aide médicale aux populations les plus fragiles.

Articles 09.08.2022
République centrafricaine : L’assistance qui sauve des vies
Lire l’article

GARANTIR UN ACCÈS AUX SOINS

Depuis 2013, Médecins du Monde appuie le système de santé du pays pour apporter une réponse à l’urgence sanitaire. Ce soutien passe par la relance des activités de soins via la disponibilité du paquet minimum d’activités (un ensemble d’activités qui permettent l’absorption de nouvelles interventions sans contraindre l’organisation du travail déjà en place).

  • Priorité à la santé sexuelle et reproductive

    Une attention particulière a été portée aux besoins en santé sexuelle et reproductive (SSR), au moyen de consultations pré et postnatales, de la planification familiale, de consultations gynécologiques et du référencement des cas d’urgence obstétricale.

     

    Les équipes mettent également en place des services de prise en charge multisectoriels (médical, psychosocial) pour les survivants de violences liées au genre et la mobilisation communautaire autour des enjeux de SSR et de santé mentale.

     

    Grâce à sa présence depuis plusieurs années en République centrafricaine dans la mise en œuvre de divers projets humanitaires, Médecins du Monde a acquis une grande expérience, et a réussi à établir une bonne coopération avec les autorités centrafricaines ainsi qu’avec la société civile.

  • Une attention particulière aux soins infantiles et aux dépistages

    Notre association s’est déployée en province pour la première année en 2020 malgré les conditions sécuritaires tendues.

     

    Nous soutenons aujourd’hui l’hôpital de Bouca et quatre structures de santé primaires du ministère de la Santé dans la sous-préfecture de Bouca. Des consultations curatives permettent de soigner les enfants atteints de paludisme, d’infections respiratoires ou de diarrhées.

     

    La malnutrition est dépistée, les enfants sont vaccinés.

     

    Notre association fournit également des médicaments essentiels, et assure le transfert des urgences vitales vers les structures de référence.

     

    Médecins du Monde élargit actuellement son soutien au district sanitaire de Bouca en ciblant un nouvel axe (Bouca/Marali) pour apporter un appui à quatre formations sanitaires supplémentaires afin de toucher 62% de la population totale de ce district, les deux axes en question concentrant la majorité de la population de la zone. Le projet prévoit également un appui renforcé au district sanitaire en matière de suivi, évaluation, mobilisation et coordination des acteurs autour du plan d’action opérationnel du District, et un renforcement des mesures IPC (prévention et contrôle des infections) dans les formations sanitaires soutenues.

  • PROGRAMMES CLINIQUES MOBILES EN LIEN AVEC LE DISPOSITIF MÉCANISME DE RÉPONSE RAPIDE

    Dans le cadre d’une aide médicale déployée en novembre 2019, Médecins de Monde a décidé de mettre en place une nouvelle équipe médicale de réponse rapide qui intervient en clinique mobile en lien avec le Rapid Response Mechanism (RRM) et en coordination avec le Cluster Santé et le ministère Centrafricain de la Santé. Depuis le démarrage, l’équipe est déjà intervenue auprès de personnes déplacées à Bangui suite à de fortes inondations, à Abba dans le nord-ouest du pays suite à des déplacements de populations, puis à Damara pour répondre à une épidémie de rougeole.

     

    Elle est également intervenue en 2021 à Dekoa, à Kouango, à Bossembélé et sur l’axe Bossangoa-Benzambé à la suite de violences et aux déplacements de populations liés la crise électorale et post-électorale. Cette clinique mobile intervient suite à un choc (déplacements de populations, épidémies) pour relancer l’accès aux soins des populations affectées par la crise.

     

    L’équipe de la clinique mobile se trouve actuellement en mission exploratoire à Ippy où 2500 ménages se sont réfugiés suite à d’intenses combats dans la zone. Par ailleurs, l’équipe de la clinique mobile a été formée par l’OMS sur les activités de riposte au SARS COVID-19, ce qui lui a permis de mettre en place des activités de prévention lors de ses déploiements.

     

    La clinique mobile conjugue une réponse immédiate à l’urgence à une relance du système de santé local affecté par le choc. Les déploiements intègrent un paquet complet de services : soins de santé primaire, soins de santé sexuelle et reproductive, y compris des cas de violences liées au genre (prise en charge médicale et soutien psycho-social), nutrition (MAS), soutien psycho-social et sensibilisation communautaire à la santé mentale.

     

    La clinique mobile a renforcé depuis 2021 son appui sur les ressources communautaires dans la mise en œuvre de la réponse : relais communautaires et accoucheuses traditionnelles réformées pour la sensibilisation, le dépistage et le référencement des cas. À chacune de ses interventions, la clinique mobile se coordonne avec les autorités sanitaires de la zone et les partenaires présents sur place pour la réponse multisectorielle.

  • Bilan

    En 2021, notre mission humanitaire en RCA  a permis d’encadrer :

    • 102 742 consultations curatives dans le cadre de notre plan d’aide médicale,
    • 54 082 consultations en santé sexuelle et reproductive,
    • 3429 accouchements,
    • la prise en charge de 96 survivantes et survivants de violences liées au genre,
    • le dépistage de 34 793 enfants pour la malnutrition et la prise en charge 385 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère,
    • le référencement de 1 199 urgences vitales prises en charge à l’hôpital,
    • des activités communautaires de soutien psychosocial pour 806 personnes.
  • 197 147

    Bénéficiaires en 2021.

  • 3,4 MILLIONS

    Budget 2021.

197 147

Bénéficiaires en 2021.

3,4 MILLIONS

Budget 2021.