© Olivier Papegnies

Accès aux droits et aux soins des migrants et exilés

3 342

demandeurs d’asile ont été reçus dans nos centres de soins

9 631

personnes accueillies dans nos centres de soins étaient en situation irrégulière

85 %

des personnes reçues relevant de l’Aide Médicale d’Etat n’avaient pas de droits ouverts

La situation des personnes migrantes et exilées en France

Selon le rapport du Haut-Commissariat aux Réfugiésinfo-icon des Nations Unies (HCRinfo-icon) de juin 2018, le nombre de personnes migrantes déracinées dans le monde avait atteint le seuil historique de 68,5 millions fin 2017.

Les équipes de Médecins du Monde, qui interviennent depuis plus de 30 ans en France, observent la dégradation de l’état de santé des personnes migrantes après des parcours migratoires éprouvants, auxquels s’ajoutent des conditions d’accueil déplorables sur le territoire français qui impactent leur santé : conditions de vie indignes, évacuation des lieux de vie précaires, mises à l’abri insuffisantes voire inexistantes, absence d’accès à l’eau, violences policières...

20,7 % des étrangers reçus dans nos centres de soins, résidant en France depuis au moins 1 an, n’avaient pas de couverture maladie.

Dans son bilan paru en décembre 2018, le Défenseur des droits dressait « un constat préoccupant » des conditions d’accueil des exilés en France et soulignait des « atteintes inédites aux droits fondamentaux », notamment des entraves persistantes à la procédure d’asile, et « l’usage de la force parfois injustifié » envers les personnes migrantes.
En matière d’accès aux droits en santé, le manque criant d’informations adaptées et les pratiques de certaines caisses de sécurité sociale, en marge de la règlementation, compliquent l’accès à la santé des exilés et génèrent renoncements et retards de recours aux soins.

 

 

  • Aboud

    Aboud, 23 ans

    « Je viens du Darfour, au Soudan du Nord. J'ai quitté l'enfer car c'est la guerre chez moi. Ils massacrent tout le monde et la famine est partout. Avant de partir, je croyais que la France, c'était le paradis. Je pensais qu'on pouvait avoir une maison facilement, qu’on pouvait travailler, faire des études... Je me rends compte que c'est dur, ce n'est pas du tout ce que j'avais imaginé mais bon... J'ai quitté l'enfer et ici, au moins, c'est la paix. »

Notre action

Médecins du Monde agit auprès des migrants et exilés dans la plupart de ses programmes en France, et au travers de 3 actions spécifiques.

A la frontière transalpine

A la frontière entre la France et l’Italie, Médecins du Monde soutient les initiatives portées par les collectifs citoyens et acteurs de santé locaux dans cet espace transfrontalier devenu un lieu d’entrave aux droits des personnes migrantes : non-respect du droit d’asile et du droit à la protection des mineurs, refoulements, violences, intimidations…

A Paris

Les dispositifs d’accueil des personnes migrantes mis en place par la Préfecture restent très largement sous dimensionnés par rapport aux besoins. En parallèle, la situation à la rue s’est durcie : la mise en place d’obstacles sur les sites habituels de campement, et la forte présence policière visant à disperser systématiquement les exilés, créent une véritable « politique d’invisibilisation ». Face à cette situation, la veille sanitaire mise en place par Médecins du Monde s’est renforcée d’une permanence d’accueil et d’écoute psychologique et juridique.

Sur le littoral des Hauts-de-France

Les mesures dites de « tolérance zéro » (refus de tout point de fixation d’habitat, destruction systématique des biens et des abris, accès entravé aux droits les plus élémentaires… ) condamnent les exilés à une errance permanente. Les équipes de Médecins du Monde poursuivent leurs actions et développent une approche en santé mentale et soutien psychosocial. Des accompagnements vers les structures de santé et des distributions de biens de première nécessité sont également réalisés.

 

Un migrant à Calais, en janvier 2016 © Olivier Papegnies
Un migrant à Calais, en janvier 2016 © Olivier Papegnies

Notre plaidoyer

L’accès aux soins des personnes sans autorisation de séjour doit être amélioré dans un objectif de santé individuelle et de santé publique.

Membre du collectif d’associations de l’ODSE - Observatoire du Droit à la Santé des Etrangers - Médecins du Monde est engagé pour une simplification de l’accès aux droits et aux soins des étrangers précaires, le respect de leurs droits fondamentaux, et une prise en charge en santé inconditionnelle et de qualité.

Depuis les premières discussions sur la création de la Couverture Maladie Universelle (CMUinfo-icon), notre ONGinfo-icon milite pour la fusion de l’Aide Médicale d’Etat (AMEinfo-icon) pour les étrangers en situation irrégulière dans la Protection Universelle Maladie (PUMa, entrée en vigueur en 2016). Cette fusion constituerait d’une part une simplification essentielle pour les patients comme pour les professionnels de santé, et d’autre part une mesure de santé publique majeure permettant une amélioration de l’accès aux soins et à la prévention des populations précaires.

 

 

 

Lieux d'intervention

France métropolitaine

Océan indien

Océan indien

Votre soutien

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

S'engager

Je deviens bénévole.

Aller plus loin

 
Global loader