L'appel de six ONG pour la protection des populations civiles en Ukraine

Les six ONG membres de l'Alliance Urgences en France : Action contre la faim, Care France, Handicap international, Médecins du monde, Plan international, Solidarités international se mobilisent et se coordonnent pour soutenir la population en Ukraine et dans les pays voisins.

Et encore une fois, ce sont les civils, les innocents et innocentes qui paient le plus lourd tribut.

Ukrainian State Emergency Service A Kyiv, lundi, devant un immeuble bombardé. Des bombes qui tombent sur des maternités et des hôpitaux pour enfants. C'est inacceptable. Et pourtant, on le vit. Encore et encore. Ce sont comme toujours les civils qui paient le prix fort des conflits… Aujourd'hui en Ukraine, mais aussi en Syrie, au Yémen et en Afghanistan. Les six ONGinfo-icon de l'Alliance Urgences s'unissent pour dénoncer les bombardements qui visent les civils et appellent fermement toutes les parties à les protéger.

 

Nous sommes six ONGinfo-icon de terrain qui travaillent à travers le monde afin d'aider les populations les plus vulnérables, piégées dans le feu des conflits. Alep, Mossoul, Sanaa… et maintenant Marioupol Kharkiv , Kherson. L'histoire se reproduit. Et encore une fois, ce sont les civils, les innocents et innocentes qui paient le plus lourd tribut.

 

Après trois semaines de conflit en Ukraine, des immeubles d'habitation sont bombardés, des écoles, des réseaux d'eau, des centrales électriques sont affectés. Au moins 18 incidents ont été recensés contre des établissements de soins, du personnel de santé et des ambulances, selon l'Organisation mondiale de la santé. Et cela risque de ne pas s'arrêter là. Au Yémen, après trois ans de guerre, seul un hôpital sur deux continuait de fonctionner. Ce sont autant de violations du droit international humanitaire , car aussi incroyable que cela puisse paraître, la guerre a des règles. Depuis les conventions de Genève de 1949, le cadre du droit humanitaire international s'est en effet renforcé. Mais aujourd'hui, partout dans le monde, beaucoup de parties aux conflits ignorent ouvertement ces obligations.

 

Terrible résultat : la grande majorité des victimes des conflits dans le monde sont des civils , selon les Nations unies ! Pour ne citer qu'un exemple, 90% des victimes de l'utilisation d'armes explosives dans des zones peuplées sont des civils. «C'est une guerre sanglante, une guerre monstrueuse. Si la guerre continue, il ne restera plus rien. Ma fille ne fait que pleurer», assure Kotove, qui a fui l'Ukraine pour la Pologne, accompagnée de sa fille de 12 ans. Ces tragédies, nous en voyons des milliers, chaque jour que le conflit perdure. Pour les civils, la situation en Ukraine est devenue apocalyptique, en particulier pour les enfants.

Plus de 2,5 millions de personnes ont quitté l'Ukraine.

Pour fuir la violence, déjà plus de 2,5 millions de personnes ont quitté le pays , la moitié sont des enfants. La réalité de ce chiffre, ce sont des personnes qui ont tout abandonné derrière elles, qui ont pour la plupart traversé l'Ukraine dans des trains bondés, en voiture dans des embouteillages interminables ou à pied, avec de maigres bagages, qui se retrouvent à faire la queue aux frontières sur des kilomètres dans le froid glacial de l'hiver.


Pour celles et ceux qui sont restés, qui tentent de s'abriter dans des caves ou des souterrains, le pire est à craindre.


Douze millions de personnes auront besoin d'une aide humanitaire d'urgence dans les prochaines semaines, selon les Nations unies. Nos équipes en Ukraine et aux frontières le constatent chaque jour, mais ce sont les populations ukrainiennes qui le vivent et en témoignent. En Roumanie, Eugénie a fui avec son bébé de 11 mois et sa fille de 5 ans : « A un moment, nous avons vu huit missiles passer au-dessus de nos têtes. Mon mari nous a conduits jusqu'à la frontière, pour s'assurer que nous soyons en sécurité, puis il a fait demi-tour et est reparti. J'ai tellement peur pour lui. »


Nous, les six ONGinfo-icon de l'Alliance Urgences, continuerons d'apporter une aide, sans relâche, aux populations frappées de manière aveugle par des crises, jour après jour. Pour cela, les parties au conflit en Ukraine doivent garantir de toute urgence un accès humanitaire sûr, sans entrave et rapide. Blessures physiques, traumatismes psychologiques, destructions… La liste des terribles conséquences du conflit sera longue. Et elles se feront sentir sur des décennies. On estime qu'il faudra cinquante ans pour déminer la Syrie ou l'Irak , selon les Nations unies.


Le déminage au Cambodge, à la suite du conflit des années 70, se poursuit encore aujourd'hui, faisant des victimes chaque année.


Nous, les six ONGinfo-icon de l'Alliance Urgences, demandons instamment une cessation immédiate des hostilités en Ukraine et exhortons toutes les parties au conflit à remplir leurs obligations, en vertu du droit humanitaire international, de protéger les civils et les infrastructures des effets directs et indirects des hostilités.

 

Nous demandons la fin de l'impunité pour les responsables des attaques contre les civils. Nous avons toutes et tous une responsabilité et un devoir vis-à-vis des populations qui sont affectées par ce conflit.


Les six ONGinfo-icon membres de l'Alliance Urgences en France : Action contre la faim, Care France, Handicap international, Médecins du monde, Plan international, Solidarités international se mobilisent et se coordonnent pour soutenir la population en Ukraine et dans les pays voisins.

 

L'union fait la force !

Six ONGinfo-icon, un clic, un don sur allianceurgences.org

 

 

Signataires

Action contre la faim,

Care France,

Handicap International,

Médecins du monde,

Plan international,

Solidarités international

Global loader