Faire un don
90 €Prix journalier moyen de mise à l'abri d'un mineur non accompagné.
160 €Prise en charge de 40 enfants souffrant de malnutrition aigüe
200 €2 consultations pour prendre en charge des femmes victimes de violences en Ouganda
OKautre montant pour votre don
soit 0 € après réduction fiscale

Ouganda

Ouganda

La situation en Ouganda

En Ouganda, les populations LGBTinfo-icon (lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres) sont opprimées, violentées, emprisonnées. Dans ce pays où la parole religieuse est très forte, Médecins du Monde intervient par la voie de la santé pour améliorer le quotidien de ces personnes.

L’homophobie est une dure réalité pour les personnes LGBTinfo-icon en Ouganda. Depuis 2009, le pays a tenté à plusieurs reprises de durcir sa législation contre l’homosexualité et d’introduire le concept d’« homosexualité aggravée » où le fait d’être séropositif est une circonstance aggravante. Un projet de loi prévoyait même la prison à vie pour les homosexuels, et la peine de mort pour ceux étant porteurs du VIHinfo-icon. C’est dans ce contexte que l'association humanitaire Médecins du Monde a décidé d’agir. Pour nous, il est intolérable de criminaliser le fait d’être porteur d’une maladie.

 

 

En 2013, le pays fut le théâtre d’une véritable chasse aux gays lancée par le gouvernement derrière le funeste slogan « Kill the gay ». Un journal local invitait même la population à faire justice elle-même. En 2016, la Gay Pride ougandaise organisée depuis 4 ans a été annulée. La faute au ministre en charge de l’Ethique et de l’Intégrité, qui a menacé d’envoyer les forces de l’ordre attaquer les manifestants.

À cause d’une homophobie réelle ou perçue au sein du personnel soignant, les personnes LGBTinfo-icon craignent souvent de recourir aux services de santé, notamment pour les soins de santé sexuelle et reproductive. L'impact sur leur santé est important, notamment pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSHinfo-icon) et les transgenres. Ainsi, la prévalence du VIHinfo-icon avoisine les 14 % parmi les homosexuels à Kampala, la capitale.

En 2009, un projet de loi prévoyait la peine de mort pour les homosexuels séropositifs. ©Neamoscou
En 2009, un projet de loi prévoyait la peine de mort pour les homosexuels séropositifs. ©Neamoscou

Notre action en Ouganda

Personnes exposées aux risques en Ouganda

Soigner les victimes de l’homophobie

À Kampala, Médecins du Monde a décidé d’unir ses forces à celles de l’association MARPI (Most At-Risk Populations Initiative) qui, dans l’hôpital de Mulago, propose aux populations clés (gays, transgenres, travailleuses du sexe, etc.) des services de santé sexuelle et reproductive adaptés à leurs besoins et à leurs contraintes.

Cette structure ougandaise créée pour défendre les minorités sexuelles sur le terrain est parvenue à se faire du Ministère de la Santé un allié. Aujourd’hui, elle gère une clinique LGBTinfo-icon-friendly en plein cœur de la capitale ougandaise. Alors que de nombreux gays et lesbiennes craignent de consulter un médecin par peur d’être stigmatisé ou dénoncé, la clinique leur garantit un minimum de soins. Elle fonctionne « comme une petite oasis » connue grâce au bouche à oreille et aux petites associations LGBTinfo-icon qui s’en font l’écho.

 

 

Au travers de formations, Médecins du Monde appuie également MARPI dans l’extension progressive de ses activités aux hôpitaux régionaux de référence, dont celui de Mbarara dans le sud-ouest du pays.

Au-delà de l’amélioration des services de soins proposés par la clinique (et en particulier pour le traitement des codylomes anaux, une ISTinfo-icon très fréquente chez les gays en Ouganda), l’ONGinfo-icon forme également des associations LGBTinfo-icon à l’élaboration de projets et à la recherche de financement.

 

Les migrants et déplacés

Intervenir auprès des réfugiés ougandais

A Bidibidi, au nord de l’Ouganda, Médecins du Monde intervient dans un camp de réfugiés sud-soudanais. Depuis juillet 2016, suite à de nouveaux combats au Soudan du Sud, des centaines de milliers de réfugiés ont fui vers le nord de l’Ouganda. Bien que les réfugiés soient en relative bonne santé à leur arrivée, beaucoup d’entre eux relatent des épisodes de violence extrême dans leur lieu d’origine ou au cours de leur voyage.

Au sein du camp, Médecins du Monde a repris un hôpital créé par Médecins sans Frontières pour y fournir des soins en santé primaire et en santé sexuelle et reproductive. L’objectif étant, à terme, de transmettre la gestion de cet hôpital au système de santé national.

 

Kampala
Kampala

En 2017

Nous avons :

  • formé une praticienne en proctologie via un stage à l'hôpital Bichat

  • formé 2 nouveaux praticiens en proctologie à l'hôpital de Mbarara

  • donné 179 consultations en proctologie et traité 105 patients, principalement de jeunes HSHinfo-icon (18-22 ans)

  • formé 2 membres d'organisation LGBTinfo-icon au leadership humanitaire

     

     

Votre soutien

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

Nous rejoindre

Je postule en ligne.