Faire un don
90 €Prix journalier moyen de mise à l'abri d'un mineur non accompagné.
160 €Prise en charge de 40 enfants souffrant de malnutrition aigüe
200 €2 consultations pour prendre en charge des femmes victimes de violences en Ouganda
OKautre montant pour votre don
soit 0 € après réduction fiscale
23.10.2017 à 10h30

Elie Gentil, logisticien Mdm

Porte de la Chapelle

 

© Patrick Bouffard
© Patrick Bouffard
© Patrick Bouffard

 

Nous avons vu en consultation deux jeunes soudanais, 20 et 21 ans. Ils sont cousins : l’un est en France depuis quelques jours, il arrive de Belgique où il s’est vu refuser l’asile après plusieurs mois d’attente. L’autre est en France depuis 8 mois, dort dans la rue, n’a commencé aucune démarche. Le jeune homme arrivant de Belgique nous dit être très inquiet pour son cousin : ils se sont retrouvé il y a seulement quelques jours et il nous dit le trouver « bizarre », peut-être « dépressif ». Quand nous lui demandons s’il a besoin d’aide il nous répond que « non, tout va bien ». Ça n’a pas l’air : regard dans le vide, mine fatiguée et habits très sales. On essaie d’aborder la discussion sous plusieurs angles mais rien n’y fait. Son cousin parle pour lui : « Il est comme ça depuis que je l’ai retrouvé. Il ne veut rien, il ne fait rien, il se laisse aller. Je crois qu’il a perdu espoir. Ça fait huit mois qu’il est à Paris et qu’il dort dehors. Il ne parle presque plus, et il a même arrêté de se doucher. »

Quand nous lui demandons s’il a besoin d’aide il nous répond que non, tout va bien.