Faire un don

Le port d'Hodeida en otage

Le port d'Hodeida en otage

Ce mercredi 13 juin, les forces fidèles au président yéménite en exil et la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite ont lancé l'assaut contre Hodeïda, le principal port du Yémen. Dans une lettre ouverte, Médecins du Monde et 13 associations exhortent les parties prenantes au conflit à protéger les 600 000 civils présents sur place et à faire respecter le droit international humanitaire.

L'essentiel

Les ONGinfo-icon internationales présentes au Yémen mettent en garde contre une nouvelle escalade de la violence dans la ville portuaire d’Hodeïda.

Un désastre humanitaire

Une nouvelle intensification des combats dans la région d’Hodeïda serait une erreur. Le nombre de victimes risque d’être élevé dans l’un ou l’autre camp, ce qui aurait un impact catastrophique sur la population civile. Une grande partie de la population yéménite se verrait contrainte de fuir et se trouverait exposée à des maladies, ainsi qu’à une aggravation de l’insécurité alimentaire, voire à la famine. Les importations de nourriture ont atteint leur niveau le plus bas depuis le début du conflit et le prix des produits de base a augmenté de plus d’un tiers.

 

À ce jour, 17 millions de personnes vivent en situation d’insécurité alimentaire au Yémen et la crise humanitaire (phase 4 du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire, IPC) a déjà été déclarée dans la province d’Hodeïda. La capacité de la population à faire face à la crise est pratiquement épuisée. Cette situation est extrêmement alarmante car une attaque du port signifierait un arrêt des importations et une insécurité alimentaire proche de la famine (phase 5 de l’IPC) pour une partie de la population.

La capacité de la population à faire face à la crise est pratiquement épuisée.

Afin d’éviter un nombre de victimes important parmi les civils, des déplacements massifs de population, une famine, ainsi que l’échec des efforts fournis par Martin Griffith, envoyé spécial des Nations Unies, dans le but d’ouvrir des négociations pour la paix, nous exigeons instamment à toutes les parties au conflit de ne pas engager de nouvelles activités militaires dans la région d’Hodeïda et dans le port de Salif, qui constituent une planche de salut pour environ deux tiers de la population yéménite.

 

Au nom de la paix, les combats dans la région d’Hodeïda doivent cesser. Nous appelons toutes les parties au conflit à cesser immédiatement toute violence, à maintenir les ports d’Hodeïda et de Salif ouverts et opérationnels, ainsi qu’à protéger la population civile contre les violences.

lettre ouverte à M. Macron

 

Objet : Attaque imminente sur le port de Hodeida au Yémen

 


Monsieur le Président,

 

Nous écrivons pour vous faire part de notre alarme face à la rapide détérioration de la crise yéménite et vous implorer de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour faire pression sur les Emirats arabes unis et l’Arabie saoudite afin d’éviter une attaque sur le port de Hodeida.

Hodeida est d’une importance vitale pour plus de 20 millions de Yéménites. Un assaut sur la ville aurait probablement des conséquences catastrophiques sur la population civile. Nous partageons l’inquiétude de Lise Grande, coordonnatrice humanitaire de l’ONUinfo-icon pour le Yémen, qui estimait la semaine dernière que « jusqu’à 250.000 personnes pourraient tout perdre, même leur vie ». L’envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen Martin Griffiths prévenait déjà, il y a deux mois, qu’une attaque sur Hodeida pourrait « d’un seul coup, anéantir tout espoir de paix ».

Jusqu’à 250.000 personnes pourraient tout perdre, même leur vie.

 

 

Depuis 2014, le Yémen est sous le feu des affrontements entre les rebelles houthis et les forces gouvernementales. La guerre a fortement dégradé les conditions de vie et fragilisé le système de santé local ©Reuters
Depuis 2014, le Yémen est sous le feu des affrontements entre les rebelles houthis et les forces gouvernementales. La guerre a fortement dégradé les conditions de vie et fragilisé le système de santé local ©Reuters

Compte tenu de l’imminence de la menace, nous vous appelons à dire publiquement que la France ne pourra pas continuer à soutenir une partie au conflit qui attaquerait le port de Hodeida et que toutes les parties responsables de violations contre des civils devront en rendre compte. Nous exhortons la France à faire pression sur l’ensemble des belligérants pour qu’ils s’engagent dans les efforts de paix de l’Envoyé spécial de l’ONUinfo-icon.

Nous exhortons la France à faire pression sur l’ensemble des belligérants pour qu’ils s’engagent dans les efforts de paix de l’Envoyé spécial de l’ONUinfo-icon.

 

Certaines des organisations signataires de cette lettre vous ont écrit récemment pour saluer les efforts déployés par la France pour contenir la crise humanitaire au Yémen et partager nos attentes au sujet de la conférence humanitaire sur le Yémen, co-présidée par l’Arabie saoudite, que vous organisez à la fin du mois. Si une attaque contre Hodeida est lancée, il serait inconcevable de maintenir la conférence comme prévu.

 

Des pans entiers de la population yéménite risqueraient de se retrouver pris au piège, déplacésinfo-icon et menacés d’insécurité alimentaire accrue, voire de famine. Des conséquences si dramatiques pour les civils ne seraient pas compatibles avec les intentions affichées par la conférence humanitaire. Dans ce contexte, nous vous appelons à reconsidérer votre engagement dans cette initiative et à l’exprimer publiquement.

Des pans entiers de la population yéménite risqueraient de se retrouver pris au piège, déplacésinfo-icon et menacés d’insécurité alimentaire accrue, voire de famine.

Le conflit a lourdement impacté le système sanitaire yéménite comme ici à Saada ©Reuters
Le conflit a lourdement impacté le système sanitaire yéménite comme ici à Saada ©Reuters

Au cours de la semaine écoulée, deux attaques aériennes distinctes ont endommagé un centre de traitement du choléra de MSF à Abs et une résidence de NRC à Sana’a, démontrant une nouvelle fois l’échec de la coalition menée par l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis à prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter de mettre en danger les civils, notamment les travailleurs humanitaires. Nous vous demandons de condamner ces attaques inacceptables et d’adresser un signal clair en annonçant la suspension des transferts d’équipement militaire français susceptibles d’être utilisés contre des populations civiles au Yémen.

 

 

 

Comme vous le savez, la situation actuelle au Yémen est intenable. Nous reconnaissons les impératifs de sécurité des pays voisins du Yémen, mais sans un changement rapide et radical, le pays devra faire face à une crise humanitaire encore plus préoccupante.

La France, en agissant de concert avec l’Envoyé spécial des Nations Unies, les Etats-Unis, le Royaume-Unis et les autres membres du Conseil de sécurité, pourrait jouer un rôle important dans les heures qui viennent pour prévenir une attaque contre Hodeida et travailler à un cessez-le-feu et à un accord de paix durable.

Soyez assuré, Monsieur le Président, de nos sincères salutations.

Action Contre la Faim
Alliance internationale pour la défense des droits et des libertés
CARE International
FIDH (Fédération internationale des ligues des droits de l’homme)
Handicap International
Ligue des droits de l’Homme
Médecins du Monde
Norwegian Refugee Council
Oxfam France
Refugees International
Relief International
Saferworld
Sisters’ Arab Forum for Human Rights
SumOfUs

 

Nous soutenir
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.