Faire un don

Support. Don't punish : en finir avec le VIH

© Maxime Couturier

Support. Don't punish : en finir avec le VIH

A l’occasion de la journée « Support. Don’t Punish » (26 juin), temps fort international de la lutte contre les politiques répressives dont sont victimes les personnes usagères de drogues, nos organisations tiennent à rappeler l’importance de la réussite de la Conférence de reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme pour la santé des personnes usagères de drogues dans les pays bénéficiaires.

Le 26 juin marque la Journée internationale des Nations Unies contre l’abus et le trafic de drogues. Historiquement, les gouvernements ont utilisé cette date pour mettre en avant les « progrès » réalisés en matière de contrôle des drogues avec une perspective extrêmement punitive. La Journée mondiale d’action « Support. Don’t Punish » (Soutenez, ne punissez pas) organisée par IDPC (International Drug Policy Consortium) – dont AIDES est membre - vise à récupérer et à transformer le discours relatif à cette journée, en faveur de la réduction des risques et de la réforme des politiques en matière de drogues.

Un financement indispensable

Accueillie à Lyon le 10 octobre par Emmanuel Macron, la Conférence de reconstitution du Fonds mondial rassemblera les chefs-fes d’Etat des pays les plus riches pour décider du montant alloué à la lutte contre ces pandémies pour les trois années à venir.

Le Fonds mondial représente 43% de l’ensemble des financements alloués aux programmes de réduction des risques dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

Aujourd’hui, le Fonds mondial représente 43% de l’ensemble des financements alloués aux programmes de réduction des risques dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Sans lui, il est impossible de prétendre à un accès suffisant aux programmes d’échange de seringues, au matériel stérile, aux traitements de substitution aux opiacés (TSO) ou à une quelconque diminution de l’impact des épidémies sur la vie des personnes consommatrices.

Les personnes injectrices de drogues sont particulièrement exposées au VIHinfo-icon (22 fois plus que la population générale), ainsi qu’aux hépatites. En Russie par exemple, où la guerre aux drogues fait rage, 1 usager-e de drogue par injection sur 4 vit avec le VIHinfo-icon. Ils représentent 39% des nouvelles infections à VIHinfo-icon. Lutter contre la vulnérabilité des personnes injectrices, c’est donc lutter contre l’épidémie. Le Fonds mondial l’a bien compris en finançant l’accès aux dispositifs de réduction des risques, non sans difficultés face à certains gouvernements qui préfèrent sacrifier une population jugée indésirable.

 

 

Les programmes d’échange de seringues sont ainsi développés au Népal ou en Afrique du Sud pour faciliter l’accès à du matériel propre et stérile et empêcher ainsi la transmission du virus par partage de matériel. Pour rappel, la mise en place de ce dispositif en France en 1987 a eu un impact significatif sur la baisse des infections à VIHinfo-icon sur cette population : alors qu’elles représentaient une part très importante des contaminations, elles représentent aujourd’hui moins de 2%. Le Fonds mondial permet également de financer des traitements de substitution aux opiacées, mais aussi de proposer des dépistages et, le cas échéant, des traitements antirétroviraux.

Des financements sans cesse remis en cause

Alors même que les contaminations à VIHinfo-icon explosent parmi les personnes usagères de drogues (+33% en cinq ans – elles représentent désormais en moyenne 10% des contaminations au niveau mondial en 2018), les besoins en matériel stérile et programmes spécifiques ne sont couverts qu’à hauteur de 7%, et les financements sont sans cesse remis en cause.

 

 

Il est donc urgent d’intensifier globalement les efforts de prévention auprès de cette population particulièrement vulnérable. Or, pour intensifier les efforts, il faut davantage de moyens et donc une hausse des financements. A contrario, une baisse de financements serait catastrophique pour les usagers-es de drogues : population la plus laissée pour compte de toutes, il est certain qu’ils seraient les premiers à pâtir des coupes budgétaires.

 

C’est le 10 octobre que tout va se jouer.

Liste des organisations signataires

AIDES

Action Santé Mondiale

Association Guyanaise de Réduction des Risques

Amis du Fonds Mondial Europe

Autosupport des usagers de drogues

Coalition PLUS

Fédération Addiction

IDPC

Médecins du Monde

SAFE

Sidaction

Votre soutien
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.