Faire un don

Enceintes malgré elles, mères malgré tout

Enceintes malgré elles, mères malgré tout

La République démocratique du Congo affiche l'un des taux de fécondité les plus élevés d'Afrique. A Kinshasa, une grossesse sur deux est non désirée. Malgré des progrès accomplis, beaucoup de femmes qui veulent planifier leur famille n’ont pas encore les moyens de le faire, bien que ce soit leur droit humain fondamental. Trop souvent, les femmes se heurtent à d‘énormes obstacles pour avoir accès à l’information et aux services en matière de contraception, surtout dans les zones pauvres ou isolées. Décryptage.

L'ESSENTIEL

• En RDCinfo-icon, une loi de 1920 interdit la vente et l’administration des produits contraceptifs. Elle n’a pas encore été abolie même si un projet de loi a été élaboré en 2012 et est actuellement en cours d'analyse par la Cour Constitutionnelle.
• Concernant l’avortement, bien que le pays soit signataire de différents protocoles et conventions qui reconnaissent l’égalité entre les sexes, la loi congolaise interdit toujours l’avortement. L'avortement thérapeutique est possible "s'il est l'unique moyen pour sauver la vie de la mère en grand-danger"
• 
Pour réduire les grossesses non désirées et les conséquences des avortements à risque, il faut améliorer l’offre de santé sexuelle et reproductive, modifier les savoirs et les perceptions sur les contraceptifs pour une meilleure acceptation, et améliorer la formation du personnel en matière de soins post avortements.

Votre soutien
S'inscrire à la Newsletter