Faire un don

Reconstruire, jour après jour

Un an après, le Népal est toujours en phase de reconstruction ©Olivier Papegnies

Reconstruire, jour après jour

Un an après le violent séisme qui a frappé le Népal, la reconstruction du pays est loin d’être achevée. Face à ce défi, les équipes de Médecins du Monde restent mobilisées et développent leurs activités dans le district du Sindhupalchok, le plus durement touché par le tremblement de terre.

Contrer l'effondrement du système de santé

 

Dans les jours qui ont suivi le séisme du 25 avril, Médecins du Monde a immédiatement déployé des cliniques mobiles pour soigner les populations les plus isolées et pallier à l’effondrement du système de santé, 61 des 75 centres de santé ayant été partiellement ou totalement détruits. Plus de 14 000 consultations ont été réalisées et 17 tonnes de kits d’urgence ont été distribuées entre avril et octobre 2015.

La clinique mobile d'Attarpur ©Olivier Papegnies
La clinique mobile d'Attarpur ©Olivier Papegnies

 

Le séisme a provoqué une rupture majeure dans l’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à l’habitat, qui demeure extrêmement préoccupant. Seuls 30 % des habitants ont accès à des latrines en état de marche (90 % avant le séisme) et 80 % des maisons sont encore détruites. Cette situation critique donne lieu à des problèmes de santé publique.

 

« Dans les zones isolées, la plupart des gens dorment sous de simples bâches et des réserves d’eau sont encore endommagées. Les Népalais continuent de souffrir de maladies respiratoires et de troubles digestifs. » explique Simon Castro-Wooldridge, coordinateur général au Népal pour Médecins du Monde.

La population se réorganise comme elle le peut ©Olivier Papgnies
La population se réorganise comme elle le peut ©Olivier Papgnies

 

Dans les zones isolées, la plupart des gens dorment sous de simples bâches.

L'accès à l'eau reste un problème ©Marie Pierson
L'accès à l'eau reste un problème ©Marie Pierson

Beaucoup reste à faire

 

La fragilité du système de santé népalais ainsi que la pénurie de fuel d’octobre 2015 à mars 2016 ont aggravé la situation humanitaire et accentué les traumatismes causés par le séisme. « Le gouvernement doit accélérer le processus de reconstruction et rétablir le fonctionnement normal des établissements de santé si nous voulons éviter une situation d’urgence chronique dans les districts comme celui du Sindhupalchok, où les moussons d’été provoquent d’importants glissements de terrain », conclut Simon Castro-Wooldridge.

 

Pour répondre à cette urgence, MdM a construit et rééquipé 16 centres de santé. Nos équipes rétablissent l’accès à l’eau et l’assainissement dans les communautés les plus isolées. Elles les préparent aux risques d’épidémies de maladies liées à l’eau insalubre en vue des prochaines moussons. Médecins du Monde poursuit aussi ses activités de formation et de soutien aux postes de santé publics afin de garantir leur bon fonctionnement.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

S'engager

Je deviens bénévole.

VOTRE SOUTIEN