Faire un don
90 €Prix journalier moyen de mise à l'abri d'un mineur non accompagné.
160 €Prise en charge de 40 enfants souffrant de malnutrition aigüe
200 €2 consultations pour prendre en charge des femmes victimes de violences en Ouganda
OKautre montant pour votre don
soit 0 € après réduction fiscale

Campement du Millénaire : il était temps...

évacuation du campement du Millénaire à Paris mercredi 30 mai 2018 - Médecins du Monde ©Reuters

Campement du Millénaire : il était temps...

Depuis six mois, dans le nord-est de Paris, 2 300 exilés s’entassent dans le campement du Millénaire et sur deux autres sites, dans des conditions inqualifiables.

Une mise en danger délibérée

Depuis des années, Médecins du Monde intervient auprès des exilés et alerte sur la nécessité de leur mise à l’abri.

Malgré nos demandes répétées, le gouvernement a longtemps fermé les yeux sur une réalité dramatique, violente physiquement et psychologiquement pour les exilés, qui a déjà coûté la vie à deux d’entre eux. En ayant tardé à évacuer ces campements, les autorités ont laissé la situation se dégrader. Une telle situation n’a nullement sa place dans notre pays.

Malgré nos demandes répétées, le gouvernement a longtemps fermé les yeux sur une réalité dramatique.

« Il était devenu intolérable d’observer les postures politiques des autorités, du ministère de l’Intérieur. Nous assistions à une mise en danger délibérée de personnes survivant sur le territoire français » s’indigne Yannick Le Bihan, Directeur des Opérations France de Médecins du Monde.

 

 

Pour nous suivre sur Twitter : @MdM_France
Pour nous suivre sur Twitter : @MdM_France

 

    1
    En ayant tardé à évacuer le campement, les autorités ont laissé plus de 1 600 personnes sans protection. Louis Barda, coordinateur pour Médecins du Monde à #Paris revient sur cette mise en danger délibérée.

    Un appel au respect des droits fondamentaux

    Il est du devoir du gouvernement de prendre en charge ces personnes et de mettre l’ensemble des exilés à l’abri, en veillant au respect de leurs droits. Ce respect des droits passe par une individualisation des situations afin qu’une réponse adaptée soit apportée.

    Par ailleurs, une vigilance particulière est importante à l’encontre des mineurs non accompagnés, qui sont des enfants relevant de la protection de l’enfance avant même d’être des exilés.

     

     

    Ce respect des droits de chaque personne exilée passe nécessairement par l’accueil et l’hébergement, dans la logique de l’inconditionnalité de l’aide. Cette prise en charge doit se faire de manière digne, signifiant que chaque exilé doit pouvoir avoir un accès à ses droits les plus fondamentaux, à des soins et vivre dans un endroit décent. Derrière chaque exilé, il y a un parcours souvent difficile et parsemé d’embûches, une vie, une histoire et un avenir.

    Derrière chaque exilé, il y a un parcours souvent difficile et parsemé d’embûches, une vie, une histoire et un avenir.

      1
      Ce qu'il s'est passé aujourd'hui est une manifestation de l'absurdité de la politique migratoire française et européenne, de ce régime Dublin qui maintient les personnes dans l'errance et la précarité." - Christian Reboul, référent migration chez Médecins

      Médecins du Monde auprès des migrants en France

      Médecins du Monde, présent aux côtés des exilés depuis des années, continuera de les soutenir, de les accompagner, de les soigner et de plaider pour que leurs droits soient enfin respectés et que leur accueil se fasse de manière juste et digne. Nous continuerons de témoigner et de raconter ce qu’ils endurent, comme l’histoire de ce jeune Guinéen, joueur de basket. Après avoir passé un an à être torturé en Libye, il s’est ensuite fait casser le bras à coup de bouteilles lors d’une agression raciste en Italie. Il réside désormais dans le camp. En plus de cette situation dramatique, ses droits sont chaque jour bafoués.

      Yannick Le Bihan, Directeur des Opérations France à Médecins du Monde, rappelle : « Chaque jour, nous accompagnons et soignons des personnes exilées qui ont parfois vécu des atrocités dans leur pays et durant leur parcours migratoire. La plupart échouent sur des trottoirs sordides, faute d’une attention minimale de la part des autorités de notre pays ».

       

       

      Face à cette détresse humaine insupportable, Médecins du Monde exige du gouvernement :

      •    La mise en œuvre d’une véritable politique d’accueil des exilés ;
      •    La fin des pratiques et des politiques répressives en France à l’égard des migrants ;
      •    La suspension immédiate de l’application du règlement Dublin pour faire cesser le « transfert » des ‘dublinés’ comme le règlement le permet ;
      •    La garantie d’un accès aux soins et à leurs droits pour tous les exilés présents sur le territoire ;
      •    Le respect des droits des enfants et adolescents étrangers qui relèvent de la protection de l’enfance.
      Nous soutenir
      Nous rejoindre

      Je postule en ligne.

      S'informer

      Je m'inscris à la newsletter.