Faire un don

Le 8 mars n'est pas la journée de la femme

©Reuters

Le 8 mars n'est pas la journée de la femme

A l’occasion de la journée internationale pour les droits des femmes, Médecins du Monde réaffirme son engagement pour le combat des femmes à décider librement de leur sexualité, de leur santé et de leur vie.

La journée internationale des droits des femmes

L’année 2017 a été marquée par une actualité lourde démontrant à la fois la fragilité et la détérioration des droits des femmes mais aussi la volonté de lutter contre les violences, le sexisme, les inégalités. Médecins du Monde s’inscrit dans ce combat et choisit de s’associer à la créativité de l’illustratrice Emma pour rappeler les droits fondamentaux des femmes.


« Les femmes partout dans le monde font l’objet de discriminations constantes, ne sont pas traitées à égalité avec les hommes et voient leurs droits fondamentaux niés ou régulièrement remis en question. Simplement parce qu’elles sont des femmes. A travers ces deux créations, nous avons souhaité illustrer les défis immenses auxquels les femmes doivent faire face pour la maîtrise de leur sexualité, de leur fécondité et leur accès à des services de santé sexuelle et reproductive. » indique le Dr Françoise Sivignon, Présidente de Médecins du Monde.

 

un combat loin d'être gagné

Aujourd’hui dans le monde, 214 millions de femmes souhaiteraient éviter ou différer une grossesse mais n’ont toujours pas accès à la contraception. 40% de femmes vivent dans des environnements qui restreignent l’accès à l’avortement. Pourtant il n’est plus à prouver que les femmes et les adolescentes ayant le contrôle de leur sexualité et de leur fécondité sont en meilleure santé, ont plus de chances de poursuivre leurs études, d’entrer sur le marché du travail, de participer à la vie publique et d’investir dans la santé et l’éducation de leurs enfants.

 

Aujourd’hui dans le monde, 214 millions de femmes n’ont toujours pas accès à la contraception.


En République Démocratique du Congo, en Haïti,  au Sri Lanka, en France et dans de nombreuses régions du monde, Médecins du Monde fait de l’accès aux services et droits de santé sexuelle et reproductive une priorité d’action : « Médecins du Monde agit pour garantir aux femmes et aux filles des services de qualité à chaque étape de leur vie et pouvoir véritablement exercer leur droit à décider pour elles-mêmes. Bien qu’essentiels à l’exercice de ce droit, l’accès à la contraception pour les jeunes et à l’avortement médicalisé continuent de se heurter à de très fortes oppositions dans de nombreux contextes », rappelle le Dr Françoise Sivignon. Le droit des femmes et des filles au libre choix est un enjeu majeur qui doit mobiliser chacun et chacune d’entre nous pour faire avancer l’égalité réelle et la positionner comme un pilier essentiel du développement économique et social.

 


Le 8 mars n’est pas la journée de la femme mais bien un moment clé pour réaffirmer l’urgence du combat pour les droits des femmes. Un combat qui doit se poursuivre toute l’année, à l’échelle individuelle, locale et globale.

 

Nous soutenir
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.