Faire un don

Usagers de drogues

Usagers de drogues

60 %

des usagers de drogues sont porteurs de l’hépatite C

70 %

des nouvelles infections de l’hépatite C se font chez les usagers de drogues par voie intraveineuse

La situation

Un public particulièrement vulnérable

Les consommateurs de produits, tout comme les travailleurs du sexe, sont stigmatisés et pénalisés en raison de leurs pratiques. C’est ce qui les expose plus que d’autres à un risque d’infection par le virus du sida ou des hépatites. L’approche de Médecins du Monde a pour but d’intervenir avec eux, au plus près de leurs pratiques et en s’appuyant sur leur expertise, afin de mettre en place des outils innovants.

Certains pays dépénalisent l’usage des drogues.

Une législation frileuse

De nombreux pays à travers le monde ont d’ores et déjà mis en place et démontré l’efficacité des salles de consommation à moindre risque. Certains dépénalisent même l’usage de drogues. Mais la France reste circonspecte sur le sujet, retardant sans cesse la mise en place d’outils permettant de réduire les risques sanitaires liés à la consommation de drogues : l’analyse des produits, l’éducation aux risques, la salle de consommation ou encore le recours à la naloxone (qui prévient les overdoses mortelles) par les usagers de drogues eux-mêmes.

Le projet de loi Santé, en discussion en 2015, va redéfinir la politique de réduction des risques en France et devrait prévoir la mise en place de tels dispositifs.

Notre action

Médecins du Monde travaille depuis 1989 auprès des usagers de drogues. Dans les années 1990, l’association intervient plus spécifiquement en milieu festif, et depuis 2004 dans les squats, pour discuter des pratiques de consommation des drogues, proposer d’analyser les produits consommés et mettre à disposition du matériel de réduction des risques (kits d’injection, d’inhalation, préservatifs, etc.)

Médecins du Monde a mis également en place un programme innovant d'éducation aux risques liés à l’injection (ERLI) en Ile-de-France qui propose aux usagers de drogues par voie intraveineuse des séances éducatives à la fois théoriques et pratiques centrées sur la santé. Au cours de ces séances organisées dans un espace dédié, l’usager consomme son produit en présence des intervenants de l'association, ce qui permet d’instaurer un échange sur les risques associés aux pratiques propres à l’usager. 

Lieux d'intervention

France métropolitaine

Votre soutien

Donner

10 € pour l’achat d’un kit “safe injection”

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.