PARIAS - les Roms en France

5 // Des tentatives de réponses
trop souvent incohérentes

Accueil
Discours de Grenoble, 1 an après
1 // Des conditions de vie qui rendent malades
2 // Politique sécuritaire vs Politique de santé publique
3 // Des indicateurs de santé alarmants
4 // Une politique affichée de restriction des droits
5 // Des tentatives de réponses trop souvent incohérentes
Politique migratoire et santé publique, le choix délibéré de nuire ?
Télécharger le dossier de presse

Voir l'exposition

Des initiatives locales positives visant à favoriser l’intégration des Rroms existent. Dans certaines villes, des avancées négociées entre associations et acteurs publics ont été développées : des municipalités, des communautés de communes, des conseils régionaux, des politiques de bords différents, s’engagent auprès de la population Rrom au quotidien. Elles appuient une dynamique de médiation et d’intégration respectueuse des populations.

A Saint-Denis, pour s’opposer au discours de Grenoble, la mairie a développé un projet d’insertion de certaines familles rroms : depuis bientôt un an, environ 65 familles ont été  installées, avec l’accord de la mairie, sur des parcelles en friches du passage Dupont, à la Plaine Saint-Denis, sur lequel intervenait un médiateur interculturel. Avant septembre, elles devront néanmoins quitter les lieux puisque des chantiers de construction d’immeubles démarreront. Les 65 familles devraient intégrer des logements provisoires sur trois autres parcelles de la ville. Pourtant, malgré les efforts de la mairie, le 21 avril dernier, ces mêmes familles recevaient des OQTF (obligation à quitter le territoire français) de la préfecture.

A Marseille, le Conseil Régional s'est engagé en 2010 aux côtés des associations. Au delà du financement d'hébergement d'urgence destiné à la protection des familles, l’objectif est aussi de mobiliser les élus en faveur d'une réponse globale et de la mise en  place d'une véritable politique d'accueil et d'intégration.

Photo © Diane Grimonet / Médecins du Monde

Mais ces initiatives sont souvent incohérentes avec des approches contradictoires entre politiques d’intégration et politiques migratoires :

  • A Bobigny, la préfecture a récemment expulsé un terrain occupé par des familles Rroms que la mairie souhaitait stabiliser et qui faisait déjà l’objet d’un projet de médiation sanitaire largement soutenu par l’Agence régionale de santé.
  • A Bordeaux, une Mous (maîtrise d’œuvre urbaine et sociale) avait été mise en place pour accompagner l’insertion de quelques familles rroms. Une proposition de solution mais une initiative mal conçue et trop partielle qui ne tenait pas compte de la réalité des terrains rroms. Un échec prévisible que les autorités utilisent pour justifier la politique d’expulsions systématiques qui commence à toucher les Rroms installés en périphérie de la ville.
< 4 // Une politique affichée de restriction des droits
Politique migratoire et santé publique, le choix délibéré de nuire ? >
Design : Treelogy Production - Photos : © Alain KELER / MYOP. et Diane Grimonet / Médecins du Monde