Faire un don
80 €peuvent financer un lit de consultation au Nigéria
150 €peuvent financer des soins pour 35 enfants souffrant de malnutrition aiguë
200 €peuvent financer la prise en charge de 8 personnes en situation de précarité en France
OKautre montant pour votre don
soit 0 € après réduction fiscale

Une population à l'agonie

Une population à l'agonie

Depuis la fin de l’année 2017, Médecins du Monde est confrontée à une détérioration de la situation dans les gouvernorats d’Idlib et d’Hama, au nord-ouest de la Syrie. Les bombes de l'armée syrienne pleuvent dans la Ghouta orientale, aux portes de Damas.

Entre affrontements meurtriers et bombardements des lieux de soins

Alors que les négociations diplomatiques en cours laissent entendre que la guerre est finie, des bombardements incessants tuent les civils, ciblent délibérément les hôpitaux et entrainent des déplacements massifs de population. Médecins du Monde appelle les parties prenantes au respect du Droit International Humanitaire pour mettre fin aux souffrances de la population civile.

 

Des bombardements incessants tuent les civils, ciblent délibérément les hôpitaux.

     

     

    Nos constats sur le terrain au terme de la première semaine de janvier 2018 :

    • Le 2 janvier, un hôpital a été touché par des tirs aériens à Kafr Zeita, (gouvernorat d’Hama). Le bâtiment est désormais inutilisable.
    • Le 3 janvier, un hôpital pédiatrique a été impacté par un bombardement à Ma’arrat An Nu’man, (gouvernorat d’Idlib) tuant quatre civils et blessant deux personnels sanitaires. La structure est inutilisable depuis.
    • Le 7 janvier, un centre de santé primaire, soutenu par une ONGinfo-icon locale, a été visé par une attaque aérienne endommageant l’entrepôt, la salle d’attente et la salle de vaccination.
    • Dans la soirée du 7 janvier, une explosion a eu lieu dans la ville d’Idlib causant 30 victimes, 100 blessés dont un chirurgien. Le centre de santé, rattaché à la partie ouest de la ville, a été touché. Il comprenait des services pédiatriques, gynécologiques et de médecine interne.
    Dans la province de la Ghouta, la population est assiégée depuis 2013 ©Reuters
    Dans la province de la Ghouta, la population est assiégée depuis 2013 ©Reuters

    Des civils contraints à l'exode

    Le pilonnage quasi quotidien du Nord-Ouest de la Syrie a entrainé le déplacement de dizaines de milliers de personnes. Les équipes de MdM s’organisent afin de répondre aux besoins sanitaires et à la crise humanitaire.

     

     

    Le Docteur Françoise Sivignon, Présidente de Médecins du Monde déclare :
    « Nous appelons les parties prenantes au conflit à un cessez-le-feu immédiat et à trouver une solution pérenne pour les populations civiles qui souffrent et fuient les combats. Nous rappelons que le Droit International Humanitaire n’est pas une option. Nous sommes particulièrement alarmés par les attaques visant les hôpitaux et le personnel sanitaire. Nous exigeons que l’accès aux soins et la sécurité des civils comme des personnels de santé soient assurés en toutes circonstances. »

    Nous soutenir
    Nous rejoindre

    Je postule en ligne.

    S'informer

    Je m'inscris à la newsletter.