Faire un don
80 €peuvent financer un lit de consultation au Nigéria
150 €peuvent financer des soins pour 35 enfants souffrant de malnutrition aiguë
200 €peuvent financer la prise en charge de 8 personnes en situation de précarité en France
OKautre montant pour votre don
soit 0 € après réduction fiscale

6 mois après, le Népal continue de panser ses plaies

6 mois après, le Népal continue de panser ses plaies

Six mois après les séismes qui ont tué 8000 personnes et en ont blessé 22 000 autres, le Népal, déjà confronté aux défis de la reconstruction, doit se préparer à affronter l'hiver dans une situation humanitaire toujours très préoccupante.

 

« Les Népalais n'ont pas retrouvé une vie normale. lls vivent toujours dans le dénuement : la plupart n'ont pas encore pu reconstruire leur habitation et les infrastructures sanitaires restent très précaires » explique le Docteur Françoise Sivignon, présidente de Médecins du Monde. « La reconstruction prendra des années », poursuit-elle.

Les dégâts causés par le tremblement de terre sont énormes : plus de 90% des structures de santé ont été détruites dans le district du Sindhupalchock et les défis logistiques dans ce pays montagneux compliquent les opérations humanitaires. La reprise des activités est aussi entravée par un contexte économique et politique parfois tendu : récemment, une pénurie aiguë de carburant a pratiquement paralysé les déplacements déjà complexes en temps normal.

Depuis les séismes des 25 avril et 12 mai, Médecins du Monde a mené plus de 13 000 consultations grâce à son dispositif de cliniques mobiles. Les Népalais souffrent majoritairement de maladies de peau et de troubles digestifs liées à la mauvaise qualité de l'eau ou au manque d'hygiène. « L'hiver qui s'annonce rude est inquiétant. Pour y faire face, les Népalais ont besoin d'un meilleur accès à l'eau et de meilleurs abris : sans cela, les conséquences sur la santé de la population peuvent être dramatiques avec notamment l'augmentation des infections respiratoires » poursuit Françoise Sivignon.

Il faut permettre aux Népalais d’être acteurs de la reconstruction de leur pays.

Afin de maintenir l'accès aux soins, Médecins du Monde se concentre sur la réhabilitation du système de santé en reconstruisant 13 centres de santé semi-permanents qui resteront en place 5 ans. Les équipes Médecins du Monde forment les communautés et le personnel médical népalais à la réponse aux épidémies et aux de soins de premiers secours.

L'hiver risque enfin d'aggraver le stress post-traumatique, déjà très présent après les tremblements de terre, avec notamment l’abus d’alcool et l’augmentation des cas de violence domestiques. « Pour atténuer cela, il faut permettre aux Népalais d’être acteurs de la reconstruction de leur pays » conclut Françoise Sivignon.