Faire un don
80 €peuvent financer un lit de consultation au Nigéria
150 €peuvent financer des soins pour 35 enfants souffrant de malnutrition aiguë
200 €peuvent financer la prise en charge de 8 personnes en situation de précarité en France
OKautre montant pour votre don
soit 0 € après réduction fiscale

Apporter un soutien socio-médical aux migrants en Turquie

Apporter un soutien socio-médical aux migrants en Turquie

Un véritable corridor. Une voie d’accès à l’Europe. Pour les migrants du monde entier, la Turquie est un passage presque obligé. Venant en aide aux populations de migrants d’Istanbul, Médecins du Monde prépare un plaidoyer européen sur les conséquences des parcours migratoires sur la santé.

 

Istanbul, entre Sultanahmet, avec ses célèbres mosquées, et la mer de Marmara, le quartier de Kumkapi réunit un nombre important de migrants en situation illégale. « Ici, l’accès aux soins des migrants est proche de zéro », annonce Julia Burtin, chargée de plaidoyer pour Médecins du Monde.

DES CONSÉQUENCES PSYCHIATRIQUES DRAMATIQUES

« En Turquie, le sujet intéresse  peu l’opinion publique, ajoute le Dr Bernard Granjon, responsable de la mission. La population de migrants va et vient au vu  et au su de tout le monde. Elle est tolérée. » Les migrants vivent ou survivent à l’aide de petits commerces déployés en plein jour. « Par peur d’aller à l’hôpital,  des malades meurent chez eux »,  raconte Paul, guinéen arrivé en Turquie en 2004. Depuis deux ans, un centre de soins est en activité, cogéré par Médecins du Monde et Tohav, une association locale qui s’occupe de la défense juridique et psychiatrique des populations kurdes. « Les conséquences psychiatriques sont dramatiques  pour ces personnes », dénonce le Dr Granjon.

LES MAILLONS D’UNE CHAÎNE DE MIGRATION

Au sein de Médecins du Monde, un travail de coordination entre les différentes missions d’aide aux  migrants a vu le jour et se concrétisera les 30 et 31 mars à  Paris par un séminaire sur le thème de la libre circulation. Du Mali à la Turquie, de l’Algérie à  la Grèce en passant par les caso de France, ces missions, mises bout à bout, constituent les maillons d’une chaîne, du pays d’origine jusqu’à l’Europe. Cette série d’expériences va permettre de dégager une certaine cohérence pour construire un plaidoyer.  « Par peur d’aller à l’hôpital, des malades  meurent chez eux ».

Au-delà du soin, Médecins du Monde veut montrer l’impact néfaste des politiques migratoires sur la santé des migrants. Construire un plaidoyer exige de justifier son  action dans le pays, de recueillir des témoignages, des documents. dans un premier temps, notre ONGinfo-icon s’est fait connaître de cette population très mouvante. Dix ans de pratique sur le terrain lui ont ainsi permis de connaître le pays et de créer un tissu relationnel. « Nous espérons néanmoins que ce travail aura un impact à deux niveaux, explique Julia Burtin : turc d’abord, pour que les conditions de vie des migrants s’y améliorent ; européen ensuite, considérant que la Turquie et l’UEinfo-icon ont commencé à marcher main dans la main au sujet des contrôles migratoires. » « Si Médecins du Monde porte le plaidoyer auprès des états membres de l’UEinfo-icon, l’association espère bien qu’il sera assuré par Tohav lors de sa présentation  devant le gouvernement turc », conclut le Dr Granjon.

Louise Tesse