Faire un don

Sabine

Sabine Babé Loubet, assistante sociale au Caso de Nice © Valentina Cugusi

Sabine

Au centre de soins de Médecins du Monde à Nice, Sabine Babé Loubet accueille les exclus des soins, les exclus du droit. Des étrangers pour beaucoup, qui pour certains sont parvenus à traverser la frontière italienne, pourtant fermée, à travers les montagnes.

POURQUOI J’Y SUIS ?

« Depuis très jeune, je me destine au travail social. Si j’ai choisi le milieu associatif et humanitaire, c’est pour la liberté d’action qu’il confère. J’ai été embauchée par Médecins du Monde en 1998, après avoir fait quelques mois de bénévolat. Appartenir à cette associa­tion m’a permis d’obtenir un certain nombre de victoires administratives. En effet, en se présentant comme assistante sociale de Médecins du Monde, on a tout de suite plus de poids. On se dit : ‘‘Elle ne nous lâchera pas tant qu’elle n’aura pas obtenu gain de cause.’’ »

CE QUE JE FAIS

« Au Casoinfo-icon de Nice, nous recevons beaucoup de per­sonnes étrangères, en situation irrégulière ou pas, qui ne connaissent pas leurs droits ou ne parviennent pas à les faire valoir. Le contexte géopolitique est particulier dans notre région, le climat social est plutôt délétère pour notre public. C’est une zone frontalière qui n’a été rattachée à la France qu’en 1860 et a connu une grande vague de migration italienne, arrivée notamment par la vallée de la Roya. Ce qui explique peut-être que ses habitants aient spontanément accueilli chez eux les migrants en transit que nous tentons d’aider en leur en apportant des soins. »

CE QUE JE RESSENS

« Si ces personnes ont été contraintes de traverser la montagne pour rejoindre la France, c’est parce que la frontière est fermée depuis juin 2015 et que le gouvernement a déployé une force policière et militaire qui mène une véritable chasse à l’homme, n’hésitant pas à reconduire les mineurs à la frontière, voire jusqu'au sud de l’Italie, au lieu de les confier à l’Aide sociale à l’enfance. L’action des habitants de la Roya est plus que louable. Ils ont secouru, protégé et permis à ces exilés de reprendre des forces en leur offrant le gîte et le couvert. »

© Valentina Cugusi
© Valentina Cugusi

L’action des habitants de la Roya est plus que louable. Ils ont secouru, protégé et permis à ces exilés de reprendre des forces en leur offrant le gîte et le couvert.