Faire un don

Une mise en danger délibérée

© Reuters

Une mise en danger délibérée

Les Chefs d’Etat et de Gouvernement se réunissent ce vendredi 3 février à Malte pour approfondir la politique de ‘retour et réadmission’ et développer une nouvelle politique migratoire visant les personnes qui partent des côtes libyennes. Initiée avec l’accord UEinfo-icon-Turquie, poursuivie par de nombreux accords de réadmission avec des pays qui ne peuvent être considérés comme sûrs tel l’Afghanistan, l’Union européenne poursuit sa politique de fermeture et d’externalisation de ses frontières avec l’un des pays les plus dangereux pour les migrants: la Libye.

L'essentiel

Alors que toute l’Europe s’émeut avec raison de la politique migratoire de Donald Trump visant à édifier un mur à la frontière Sud des Etats-Unis, l’Union européenne fait de même en imposant ‘une ligne de protection’ dans les eaux territoriales libyennes.

De nouvelles frontières

Matérialisées par des garde-côtes libyens soutenus par des bâtiments de marine européens, cette nouvelle frontière aura pour conséquence immédiate le refoulement des personnes sur les côtes libyennes et leur mise en danger.

« Par cet accord, l’Union Européenne organise le refoulement vers leurs persécuteurs de personnes déjà éprouvées lors de leur premier passage en Libye. Les Etats membres bafouent ici l’essentielle protection due à ces personnes ainsi que leurs droits fondamentaux » s’alarme le Dr Françoise Sivignon, Présidente de Médecins du Monde.

L'enfer Libyen

De nombreux rapports récents y compris de l’ONUinfo-icon font état de la terrible réalité que doivent affronter les personnes en Libye1.

Médecins du Monde, présent dans le Sud de l’Italie, est le premier témoin des violences subies lors des consultations médicales auprès des exilés arrivés par voie maritime directement de Libye.

 

 

« Les témoignages se multiplient sur les souffrances endurées par les femmes et les hommes dans cet « enfer sur terre ». Les maltraitances et les violences, quand elles ne tuent pas, entrainent des traumatismes physiques et psychiques considérables que ces politiques de fermeture des frontières aggravent davantage » témoigne le Dr Ariane Junca, responsable de mission en Calabre.

 

Nos équipes ont récolté des dessins comme celui-ci illustrant "les souffrances que beaucoup de personnes vivent en Lybie"
Nos équipes ont récolté des dessins comme celui-ci illustrant \"les souffrances que beaucoup de personnes vivent en Lybie\"

Un autre dessin illustrant une opération de sauvetage en mer
Un autre dessin illustrant une opération de sauvetage en mer

 

Les équipes de Médecins du Monde participent à la prise en charge des mineurs arrivés seuls en Calabre, recueillent leurs témoignages, documentent la réalité des parcours et les traumatismes consécutifs. Médecins du Monde accompagne aussi les jeunes femmes. La plupart témoigne de violences sexuelles. Certaines se découvrent enceintes à l’occasion d’une consultation médicale.

Devant les conséquences directes pour la vie des personnes, Médecins du Monde appelle les dirigeants européens à renoncer à un tel projet et en appelle à l’ouverture de voies sûres et légales pour accéder au territoire européen comme seule alternative à la violence des passages et des frontières.

Nous soutenir
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.