Faire un don
80 €peuvent financer un lit de consultation au Nigéria
150 €peuvent financer des soins pour 35 enfants souffrant de malnutrition aiguë
200 €peuvent financer la prise en charge de 8 personnes en situation de précarité en France
OKautre montant pour votre don
soit 0 € après réduction fiscale

MdM condamne l'expulsion policière du lycée Jean Jaurès

MdM condamne l'expulsion policière du lycée Jean Jaurès

Mercredi 4 mai, la police a évacué de manière extrêmement violente les migrants du Lycée Jean Jaurès et les personnes qui les soutenaient.

Faute de solutions d’hébergement, plus de 250 personnes exilées, principalement originaires du Soudan, d’Érythrée, de Somalie, d’Afghanistan et de Syrie vivaient depuis le 21 avril dernier dans les bâtiments du lycée, inoccupé depuis plusieurs années. Parmi eux se trouvaient de nombreuses personnes particulièrement vulnérables : des familles, des femmes seules avec leurs enfants, des femmes enceintes et des personnes malades.

Les équipes de Médecins du Monde sont engagées auprès des migrants à Paris depuis de nombreux mois, y compris auprès des migrants du Lycée Jean Jaurès. Elles interviennent pour assurer une veille sanitaire au sein des campements informels de migrants, qui se créent faute de places dans les structures d’hébergement. 

Médecins du Monde condamne l’expulsion non préparée et non concertée du Lycée Jean Jaurès, qui met à mal la sécurité et la santé des migrants ainsi que le travail d’accompagnement des associations qui interviennent auprès d’eux.

 

Médecins du Monde condamne l’expulsion non préparée et non concertée du Lycée Jean Jaurès

 

Des conséquences graves

Cette expulsion s’est déroulée sans aucune concertation avec les personnes concernées, associations ou soutiens. Elle a été faite sans diagnostic ni évaluation des situations individuelles, ne permettant pas la mise en œuvre de solutions d’hébergement adaptées et pérennes.

L’expulsion du lycée Jean Jaurès dans ces conditions hâtives et répressives renforce la situation de danger pour la santé et la sécurité des migrants. Faute de solutions adaptées et durables, un grand nombre d’entre eux se retrouve de nouveau à la rue. Certains ont été séparés de leurs familles, isolés de leurs soutiens et soumis au nouveau traumatisme de l’expulsion et de la rue.

Médecins du Monde rappelle qu’aucune expulsion ne doit avoir lieu sans dialogue ou concertation avec les personnes concernées afin de leur proposer de réelles solutions d’hébergement adaptées et pérennes. Nous demandons la mise en place de solutions anticipées et réfléchies afin de permettre la mise à l’abri des personnes à la rue dans des conditions dignes et respectueuses de tous.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

Nous rejoindre

Je postule en ligne.