Faire un don

Journée mondiale de la santé mentale

Stress and other mental health disorders which ensue are only rarely treated. ©Olivier Papegnies

Journée mondiale de la santé mentale

À l'occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, Médecins du Monde, acteur engagé depuis plus de 25 années sur cette thématique, rappelle l’importance des besoins dans un contexte où les conflits se multiplient. Confrontées à de nombreuses crises, nos équipes constatent les conséquences psychiques majeures des violences et conditions de vie dégradées qui engendrent des situations de souffrance ayant souvent un impact durable. 

L'essentiel

La santé mentale et psychosociale doit constituer une composante essentielle des soins de santé notamment dans les situations de crise & de conflits.

La santé mentale en zone de conflit

 

Afin d’aider les populations à mieux traverser ces situations à potentiel traumatique et à renforcer leur résilience, Médecins du Monde a très rapidement intégré les dispositifs de santé mentale dans ses soins de santé, notamment dans les situations de crises et de conflits. Dans le cadre de ses interventions, Médecins du Monde cherche à concilier une approche communautaire et l'intégration de la santé mentale et psychosociale dans les soins de santé primaire, de manière à proposer un panel d'activités complet orienté vers la résilience psychosociale et psychologique en premier lieu, avant de référer les personnes ayant besoin de davantage de soins.

 

 

la colonisation en Palestine

En Palestine par exemple, Médecins du Monde intervient depuis 1996 sur la santé mentale notamment avec un programme dédié aux victimes de la violence consécutive à la colonisation. Afin de prévenir et limiter les impacts psychologiques et psychosociaux, les équipes ont mis en place un protocole d’action, basé sur une réponse d’urgence avec des premiers secours psychologiques, un suivi et/ou du référencement vers des structures de soins. Depuis le 1er janvier 2017, les équipes sont intervenues suite à 109 incidents critiques (au cours desquels une personne ou un groupe de personnes a soit été tué, blessé grièvement ou exposé à des menaces directes) auprès de 600 personnes. Au-delà de la victime, c’est toute une famille voire la communauté entière qui est impactée dans les cas les plus graves. Des activités de renforcement de la résilience communautaire pour développer leur propre capacité d’agir et d’adaptation sont également organisées.

 

 

Cette jeune fille a vu son école brûlée par les colons car le chant des écoliers les gênait. ©Olivier Papegnies
Cette jeune fille a vu son école brûlée par les colons car le chant des écoliers les gênait. ©Olivier Papegnies

Venir en aide aux Syriens

 

Des mêmes modalités d’action équivalentes et adaptées au contexte ont ensuite été déployées sur d’autres terrains de crise comme en Syrie où les besoins actuels sont considérables. Les combats incessants ou encore l’expérience de l’exil ont fragilisé des millions de personnes. Ces derniers risquent de développer à terme des problèmes de santé mentale bien plus importants s'ils ne sont pas détectés et traités rapidement. Cependant, les capacités du système de santé syrien sont extrêmement limitées, aussi bien en Syrie que dans les pays voisins qui ne peuvent absorber l'ensemble des besoins et des manques, les rendant lourdement tributaires des agences internationales et des ONGinfo-icon.

 

 

En tant qu’acteur médical dans le cadre de la réponse à la crise syrienne, Médecins du Monde a intégré la santé mentale et psychosociale comme une composante essentielle de ses soins de santé existants. Durant le premier semestre 2017, Médecins du Monde a fourni 13 481 consultations en santé mentale pour les usagers nécessitant un soutien et/ou un traitement, à l’intérieur de la Syrie ou dans les pays voisins.

 

Durant le premier semestre 2017, Médecins du Monde a fourni 13 481 consultations en santé mentale en Syrie et dans les pays voisins.

 

Comme l'affirme la Présidente de Médecins du Monde, le Dr Françoise Sivignon, « étant donné que la crise syrienne touche des millions de personnes à l’intérieur et à l’extérieur du pays, nous pensons qu’un soutien de qualité en matière de santé mentale et de soutien psychosocial doit être indispensable mais abordable pour les personnes nécessitant ces services. La santé mentale ne peut être une option dans un conflit aussi prolongé. Elle doit constituer une priorité durable dès maintenant et pour les années à venir », conclut-elle.

Lisa Véran
Nous soutenir
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.