>  A l'international  >  Niger

A l'international

Niger


Amélioration de l'accès aux services de santé et de la prise en charge médico-nutritionnelle et renforcement des systèmes de référencement évacuation sanitaire

Depuis 2011, Médecins du Monde développe un programme de prise en charge de la malnutrition et de promotion de méthodes modernes de planification familiale dans le district d'Illéla (région de Tahoua) au Niger, pays qui affiche un indice de fécondité parmi les plus élevés au monde (7,6 enfants/femme). L'association a également décidé de mener, depuis novembre 2013 pour une durée de 2 ans, un projet d'appui à l'implication des collectivités locales de la région de Tahoua dans le référencement et d'évacuation sanitaire des populations vulnérables, des femmes enceintes et des enfants. En effet, bien que l'Etat nigérien ait décidé depuis 2005 de rendre les soins gratuits pour les populations vulnérables, cette stratégie de gratuité ne couvre malheureusement que les coûts des soins, laissant à la charge de ces populations les coûts de référencement. 

Crédit photo/Isabelle Eshraghi

Amélioration de l'accès aux services de santé et de la prise en charge médico-nutritionnelle

» HISTORIQUE 

MdM est présent au Niger depuis 2006, dans la région de Tahoua, avec un programme de soins de santé primaires développé à Keita. Un programme d’appui au district sanitaire d’Illéla pour améliorer l’accès aux services de santé de la mère et de l’enfant a été mis en oeuvre d’avril 2011 à décembre 2013 sur financement Echo. Le programme mis en oeuvre en 2013 est la suite logique du projet de recherche-action plaidoyer qui s’est déroulé de 2007 à 2010.

» LES ACTIVITÉS
Espérance de vie 51,1 ans
IDH 0,304 ; rang 186
Source : Pnud 2013
Population
» Bénéficiaire : 220 626
» Cible : 391 262
Sources de financement
» AFD, PAM, Echo,
EuropeAid, Fnuap, Oxfam
Budget
» 2013 : 975 460 €

MdM apporte un appui au plan de développement sanitaire du district (PDSD) d’Illéla pour améliorer l’accès aux services de santé de la mère et de l’enfant. Ce programme est composé d’un volet nutrition centré sur la prise en charge médico-nutritionnelle des enfants malnutris sévères en y intégrant la promotion de la planification familiale. Les principales activités mises en oeuvre au cours de l’année 2013 :

  • renforcement des activités de routine au niveau des 22 centres de récupération nutritionnelle ambulatoire pour sévères (Crenas) et du Creni à travers la mise à disposition des agents de santé ;
  • renforcement des capacités par la formation et la supervision ;
  • promotion de la planification familiale ;
  • sensibilisation des populations avec l’implication des leaders religieux, à travers des caravanes de prêche ;
  • émissions radiophoniques ;
  • mise en place des « écoles des maris » (EDM) pour la promotion de la planification familiale ;
  • mise en place de la stratégie matrones.
» LES RÉSULTATS

De 2012 à 2013 :

  • le taux de guérison en Creni est passé de 78 % à 89 % ;
  • le taux d’abandon, de 6,9 % à 1 % ;
  • le taux de mortalité est passé de 11 % à 9 %.
» LES PERSPECTIVES

Une poursuite des activités de prise en charge médico-nutritionnelle est prévue pour l’année 2014 sur financement Echo. Il est envisagé un appui aux activités de santé de la reproduction, en particulier la promotion de la planification à travers le travail avec les leaders religieux et communautaires, « l’école des maris » et la stratégie matrones.


Renforcement des systèmes de référencement évacuation sanitaire

» HISTORIQUE 

Médecins du Monde est présent au Niger depuis 2006 dans la région de Tahoua, avec un programme de soins de santé primaires développé à Keita. Une expérience pilote a vu le jour à partir de mai 2009 dans le district de Keita, où MdM a développé une stratégie de référencement « centime additionnel ». MdM a renouvelé cette expérience dans le district d’Illéla.

» LES ACTIVITÉS
Espérance de vie 51,1 ans
IDH 0,304 ; rang 186
Source : Pnud 2013
Population
» Bénéficiaire : 7 124
» Cible : 2 925 555
Sources de financement
» AFD, PAM, Echo, 
EuropeAid, Fnuap, Oxfam
Budget
» 2013 : 9 511 €

Le lancement du projet a eu lieu en novembre 2013. Les premières activités du projet ont été les suivantes :

  • 6 sessions d’information des 475 élus locaux (des districts de Keita, Illéla, Bouza, Konni, Madoua) et régionaux sur le fonctionnement du système de référencement de référencement pour les évacuations sanitaires ;
  • 6 sessions de formation des élus régionaux et locaux (Keita, Illéla, Bouza, Konni, Madoua) sur les budgets et la gestion financière des fonds des évacuations sanitaires ;
  • ateliers départementaux de mise en place du système de référencement dans les départements de Madoua, Bouza et Konni ;
  • formation-mobilisation des organisations de la société civiles en plaidoyer en faveur du système de référencement de référencement pour les évacuations sanitaires dans la région de Tahoua.
» LES RÉSULTATS

De 2012 à 2013, le nombre de cas évacués est passé de :

  • 529 à 1 278 dans le district d’Illéla ;
  • 688 à 990 à Keita.
» LES PERSPECTIVES

L’implication, dès l’origine du projet des partenaires, doit permettre un transfert continu et progressif des capacités nécessaires à la poursuite des activités. Ce montage multipartenarial permet aussi la poursuite et la consolidation de l’action à un faible coût. Il est également prévu d’étendre le système de référencement aux districts de Bouza, Konni, Madoua. L’accent fort mis sur le plaidoyer doit inciter les autorités et les partenaires à poursuivre et accentuer l’amélioration de l’accès aux soins des populations.






OPERATION SOURIRE

Niamey

Depuis 1993, des missions régulières sont organisées à l’hôpital national de Niamey en partenariat avec l’association Sentinelle afin de prendre en charge les séquelles de noma, mais aussi des fentes et des séquelles de brûlure. Du 6 au 16 février et du 6 au 16 novembre, 69 patients ont été pris en charge.

Les interventions sur les séquelles de noma s’inscrivent dans un travail académique initié et coordonné par le Professeur Jean- Marie Servant. Plusieurs interventions sont nécessaires pour la reconstruction du visage. Chaque cas est répertorié et suivi ; pour certains patients, des prélèvements sont ramenés en France et analysés à l’hôpital Saint Louis dans le but de faire des examens plus approfondis.

En savoir plus sur l'Opération Sourire

Crise alimentaire au Niger

Le Niger connaît actuellement une situation d’urgence humanitaire. La sécheresse, l’augmentation des prix des denrées alimentaires, les conflits et déplacements de population… des millions de personnes sont confrontées à un risque majeur de crise nutritionnelle et de malnutrition.

En choisissant de nous soutenir régulièrement ou de faire un don ponctuel, vous nous assurez de pouvoir mener notre action jusqu’à son terme.

Les chiffres sont alarmants :1 enfant sur 5 meurt avant l’âge de 5 ans ; plus de 5,4 millions de personnes menacées directement par une crise alimentaire majeure : c’est-à-dire un tiers de la population du Niger ; 393 000 enfants de moins de 5 ans sont exposés à un risque de malnutrition sévère ; 80% des décès d’enfants de moins de 5 ans sont liés au manque d’accès à l’eau salubre, à l’hygiène et à l’assainissement.

Nous devons apporter une réponse globale, rapide et forte pour venir en aide aux plus vulnérables, notamment les femmes et les enfants. Nos équipes de médecins et volontaires, présentes depuis 2006 sur place, ont une grande expérience de cette région du monde particulièrement fragile. L’urgence actuelle est de répondre aux besoins des personnes les plus exposées. Nos équipes travaillent à :

  • Renforcer le système de soins dans sa capacité à prendre en charge des enfants de moins de 5 ans dont le taux de mortalité est l’un des plus élevé au monde.
  • Dépister les cas de malnutrition et apporter les soins nécessaires, notamment la fourniture de compléments alimentaires aux personnes touchées.

Notre programme au Niger comprend ces opérations de secours mais aussi des actions de développement à plus long terme pour pouvoir enrayer la malnutrition chronique dont souffre le pays depuis plusieurs années : prévenir et sensibiliser la population aux pratiques nutritionnelles, d’hygiène et d’espacement des naissances ; formation des agents de santé à la prise en charge de la malnutrition.

mai 2014

Diaporamas

Les Diaporamas